Mines et développement durable : La GIZ planifie plusieurs activités pour 2020…

Mines et développement
La GIZ se penche sur ses perspectives de 2020
La GIZ se penche sur ses perspectives de 2020

CONAKRY-La GIZ a organisé un atelier de planification ce lundi 9 décembre 2019. Son objectif était de planifier les activités du projet Gouvernance Régionale du Secteur Extractif en Afrique de l’Ouest pour l’année 2020. Financé par le gouvernement allemand et exécuté par la Coopération Allemande GIZ, le projet Gouvernance Régionale du Secteur Extractif en Afrique de l’Ouest a pour objectif de faire en sorte que le secteur extractif des pays de l’Union du Fleuve Mano soit davantage axé sur les principes de durabilité sociale, environnementale et économique.

Le projet vise également à soutenir les partenaires dans leurs efforts visant à réduire leur dépendance à l’égard de l’aide extérieure à long terme et atténuer les risques économiques, sociaux ou conflictuels et environnementaux découlant du secteur minier. Le projet Gouvernance Régionale du Secteur Extractif en Afrique de l’Ouest a dans son programme aussi un objectif  d’appliquer une approche multipartite pour coopérer avec l’Etat, la société civile et le secteur privé aux niveaux national, régional, et local.

Pour la réalisation effective de ce projet, le Responsable exécutif du projet Gouvernance Régionale du Secteur Extractif en Afrique de l’Ouest a expliqué que la GIZ a dans son programme plusieurs domaines d’intervention.

« Le premier domaine c’est la collecte des revenus miniers, le second c’est d’accompagner le partenaire dans son rôle de surveillance du secteur sur le contrôle de la qualité et de la quantité, l’aspect environnemental et sur l’aspect du secteur minier artisanal. Le troisième point c’est sur le contrôle  citoyen c’est-à-dire renforcer les capacités des ONG pour qu’elles puissent apporter des outils de contrôle citoyen aux populations afin de susciter la demande de redevabilité citoyenne d’une part et d’autre part œuvrer au niveau de la transparence. C'est-à-dire l’initiative pour la transparence dans les industries extractives ITIE. Le quatrième domaine d’intervention c’est la contribution du secteur minier au développement socioéconomique durable tant au niveau national qu’au niveau local », a expliqué Alpha Diallo.

Le projet Gouvernance Régionale du Secteur Extractif est un projet régional qui s’exécute dans quatre pays membres de l’Union du fleuve Mano.   Il s’agit de la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Libéria, la Sierra Léone. C’est projet qui a  débuté dans ces pays est au niveau de sa 4ème phase.

« Nous sommes actuellement à la 4ème phase de ce projet. Dans cette phase, nous avons une enveloppe financière de 15,8 millions d’euros dont 3 millions qui nous vient d’un cofinancement de l’Union Européenne, spécifiquement pour un accompagnement pour l’exploitation minière artisanale et à petite échelle. C’est-à-dire l’or et le diamant », a ajouté le Responsable Exécutif du projet Gouvernance Régionale du Secteur Extractif en Afrique de l’Ouest.

Côté autorités guinéennes, plusieurs responsables du ministère des mines et de la géologie avaient participé à cet atelier. Avant de revenir sur les appuis de la GIZ à son département, le Directeur général du bureau de stratégie et du développement au ministère des mines et de la géologiea détaillé l’importance de cette planification pour la Guinée.

« GIZ est un partenaire privilégié chez nous parce qu’ils nous ont aidé à avoir plusieurs résultats notamment tout ce qui est gouvernance dans le secteur minier en renforçant des institutions comme l’ITIE, en aidant l’inspection générale des mines.Actuellement on a une bonne dizaine de personnes qui sont formées à l’estimation des quantités et des qualités de la bauxite exportée. Tout ça, c’est à travers ce projet. Donc cette planification pour l’année 2020 va essayer de renforcer toutes ces capacités et apporter d’autres outils sur les questions environnementales. Il y aura le renforcement du contenu local dans le secteur minier, il aura également le renforcement des capacités des élus locaux et les communautés à travers ce projet-là », a  expliqué Aboubacar Kourouma.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00244) 666 134 023

Créé le Mardi 10 décembre 2019 à 16:05

TAGS