Insécurité à Labé : Attaque au feu dans une famille à Popodara…

Insécurité

POPODARA-Dans la sous-préfecture de Popodara, une famille a été victime d’une attaque peu ordinaire ! Les faits se sont déroulés dans la nuit du Mardi à mercredi  27 Novembre 2019 aux environs d’une heure du matin dans le secteur de Boullewel Garki  située à 8Km de Popodara. 

Des inconnus sont venus mettre de l’essence et activer  le feu aux portes d’entrée d’une maison en dur alors qu’un couple dormait à l’intérieur. Le feu a complètement consumé la cuisine interne avant que les occupants de la maison ne s’en rendent compte. Mamadou Cellou et sa femme ont eu la vie sauve de justesse. Les victimes ainsi leurs voisins sont dans la psychose. 

« Nous voisins victime d’attaque au feu sont venus taper à nos portes pour nous annoncer que des personnes de mauvaise foi veulent les bruler dans leur habitation. À notre arrivée les flammes étaient déjà montées sur le toit. Il a fallu qu’on aille puiser de l’eau pour venir éteindre les feux. Nous ignorons les motifs d’une telle attaque. Nous avons la peur au ventre, nous sommes vraiment inquiets, vous savez des individus de ce genre attaquent tout le monde sans raison, c’est notre inquiétude. Nous ne sommes pas en sécurité. Tant que l’auteur de cet acte restera dans la nature nous nous considérons menacés »  a témoigné Kadidiatou Lamarana Diallo, la cinquantaine venue au secours de la famille victime. 

Mamadou Cellou Diallo et sa deuxième épouse ont failli perdre la vie dans la concession familiale. Sous le choc, il raconte ce qui s'est passé. 

« Je suis resté dehors jusqu’à minuit où j’étais connecté avec mon téléphone. C’est quand je suis rentré que quelqu’un est venu avec de l’essence, il a pris beaucoup de pailles pour mettre au niveau de toutes les portes de la maison ainsi qu’à la véranda, ensuite il a mis le feu. Heureusement, je venais à peine de me coucher. C’est quand j’ai entendu le bruit du feu dehors que j’ai voulu venir constater. Je n’ai pas ouvert la porte par mesure de prudence, parce que je ne savais pas le ou les auteurs de ces actes m’attendaient ou pas dehors. Je suis parti prendre une machette. Entre temps la personne qui m’a rendu visite a mis le feu sur la cuisine externe et a pris la fuite. On a compris que  son intention était de bruler notre maison à 1h du matin. Pour le moment, je ne soupçonne personne de mon entourage et je ne me rappelle pas d’avoir eu des antécédents fâcheux avec quelqu’un d’ici.  Peut-être c’est quelqu’un qui est contre ma vie qui est venu dans l’intention de me faire du mal. J’étais seulement avec ma femme dans la maison, il n’y a même pas un enfant. À la cuisine, même les marmites ont été brulées y compris d’autres ustensiles.  Quant à la véranda tout ce que nous avons laissé dehors a été brulé. Ce que j’ai compris, si mon véhicule était garé devant la cour comme d’habitude, la personne l’aurait brulé parce que c’est facile. J’ai vraiment peur, l’inconnu-là était venu me tuer, il a juste manqué l’occasion. C’est ma première fois de voir une situation de ce genre dans notre village », a témoigné Mamadou Cellou Diallo, chauffeur de profession qui compte saisir les services de police et de gendarmerie pour l’ouverture d’une enquête. 

Tout comme son mari, Mme Maladho Dian Diallo, l’épouse de Cellou Diallo  est sous le choc. «  J’étais couchée un peu tôt avant mon mari. Moi, je dormais profondément quand mon mari m’a réveillé en toute urgence me disant de sortir que des gens sont venus bruler la maison sur nous. C’est par la porte arrière de la maison que nous avons pu sortir de la maison. Après, les voisins sont venus à notre secours, nous avons puisé de l’eau pour éteindre le feu. C’est Dieu qui nous a sauvé sinon celui qui a fait cet ignoble voulait ôter nos vies sans raison. Parce que nous ne sommes pas riches. C’est juste quelqu’un qui est contre notre existence. Je ne me rappelle pas  avoir fait du mal à quelqu’un  ici qui pourrait retourner contre nous de cette façon en ayant l’intention de me bruler avec mon mari. Je prie Dieu que cette personne de mauvaise foi soit découverte. Nous avons peur vraiment pour nos vies maintenant dans ce village »,  s’inquiète Maladho Dian Diallo. 

Une attaque de telle nature est une première dans cette sous-préfecture. Au moment où nous quittions le village dans la soirée, tous les habitants étaient hantés par une psychose. Il y a deux ans, dans le même district de Garki, secteur Fello une vieille femme de 70 ans avait été tuée et abandonnée sans tête il y a 2 ans. Il a fallu plusieurs jours avant de retrouver la tête enterrée quelques parts dans la zone. 

 

De Retour de Popodara Garki Boullewel

Alpha Ousmane Bah(AOB)

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 664 93 45 45

Créé le Jeudi 28 novembre 2019 à 11:06