Guinée : le "plan Marshall'' de Kassory pour chasser la pauvreté…

Lutte contre la pauvreté
Alpha Condé, Président de la République de Guinée et son Premier Ministre Kassory Fofana
Alpha Condé, Président de la République de Guinée et son Premier Ministre Kassory Fofana

CONAKRY-Comment réduire l’extrême pauvreté en Guinée ? Alpha Condé semble avoir trouvé la recette miracle alors que plus de 60% de la population vivent en situation de pauvreté. Ce jeudi 21 novembre, son premier ministre Ibrahima Kassory Fofana a lancé dans la région de Labé un vaste programme dont l’unique objectif est de réduire considérablement l’extrême pauvreté.  

« La croissance économique ne se mange pas. Elle ne nourrit pas non plus les Guinéens. Ce qui intéresse nos populations, ce sont les fruits de la croissance économique », constate le chef du Gouvernement guinéen.

Malgré les performances économiques sur la période récente et la robustesse de notre croissance, les conditions de vie des populations demeurent difficiles, a reconnu Kassory Fofana, qui a dépeint un tableau qui est sans appel.

« 60% de nos concitoyens vivent en situation de pauvreté. Dans les zones rurales, il s’agit même de 65% de la population ; nos enfants sont mal nourris, grandissent mal et ont une durée de scolarisation plus faible que dans les pays voisins ; les programmes d’aide aux plus vulnérables et de lutte contre l’exclusion sociale restent modestes dans notre pays. Cette situation, pourtant, est en décalage par rapport aux richesses naturelles dont est dotée la Guinée », a décrit le chef du gouvernement. 

Selon lui, pour répondre aux nombreux défis de l’inclusion économique, sociale et financière, le gouvernement a crée l’Agence nationale d’inclusion économique et sociale (ANIES) et alloué 15% des recettes fiscales minières à l’ANAFIC, pour favoriser un développement à la base des communautés.

« Cette agence est une innovation guinéenne. C’est aussi une première en Afrique de l’Ouest, car elle n’a pas d’équivalent. Elle contribuera fortement à la réduction de la pauvreté en Guinée et constituera un vecteur puissant de redistribution des fruits de la prospérité économique. Parce que la pauvreté a atteint des niveaux insupportables en Guinée », avoue le premier ministre.

2.8% du PIB guinéen sera désormais consacré à la réduction de la pauvreté. Plus de 179 millions de dollars américains, sont mobilisés à date pour ce programme. « Toutes ces ressources vont être utilisées pour venir en aide à nos populations. L’ANIES va réaliser des transferts monétaires, faire participer des jeunes et adultes à des travaux à haute intensité de main d’œuvre, mais aussi aider les personnes pauvres dans le secteur de l’agriculture (qui concentre plus de la moitié de la population pauvre), dans l’énergie et aussi dans l’entreprenariat », souligne le chef du gouvernement.

Le déploiement de l’ANIES va se faire en deux phases, précise-t-il. Une première phase expérimentale va porter sur les préfectures de Gaoual, Forécariah, Kindia, Beyla, Dabola, Kérouané, Kouroussa, Mamou et Tougué, ainsi que la zone spéciale de Conakry. 

Cette expérimentation porte sur un échantillon de 400 000 personnes dans les préfectures citées ci-haut. Chaque ménage éligible percevra environ 250 000 francs guinéens par mois, pour l’aider à atténuer les effets de la pauvreté. Pendant ces six (6) mois d’expérimentation, l’ANIES proposera également aux jeunes et adultes valides de prendre part à des travaux à haute intensité de main d’œuvre contre une rémunération journalière de 35 000 francs guinéens.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

 

Créé le Vendredi 22 novembre 2019 à 12:10