Cellou Dalein en colère: "Ils ne peuvent pas ne pas venir sur l’axe pour tuer…"

Heurts meurtriers à Conakry
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG lors de la marche de ce jeudi 14 novembre
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG lors de la marche de ce jeudi 14 novembre

CONAKRY- L’opposant guinéen Cellou Dalein Diallo s’est insurgé ce soir contre l’assassinat d’un jeune adolescent au quartier Hamdallaye, en marge de la nouvelle manifestation appelée par le FNDC à Conakry.

L’ancien premier ministre a aussi fustigé le comportement des forces de l’ordre qui, selon lui ont attaqué les manifestants alors même qu’ils étaient sur l’itinéraire autorisé de la marche.

« On était dans la partie supposée autorisée. On n’avait pas dépassé la limite de l’itinéraire autorisé. C’est là qu’ils ont foncé sur le cortège pour  le gazer et hélas tirer aussi à balles réelles sur les manifestants parce qu’il y a eu des blessés graves. Malheureusement, ils sont revenus encore sur l’axe pour encore tuer un jeune, Alpha Souleymane Diallo, élève âgé de 16 ans. Quelque soit la manifestation, ils ne peuvent pas ne pas venir sur l’axe pour tuer (…) Nous déplorons et condamnons énergiquement cette violence exercée sur  des manifestants », a condamné le leader de l’UFDG.

Le gouvernement guinéen dans un communiqué publié ce soir a confirmé le décès d’Alpha Souleymane DIALLO dont le corps a été déposé à la morgue de l’hôpital Sino guinéen. Alors que l’opposant parle d’un homicide par balle, le gouvernement indique que la victime a été touchée au niveau de la poitrine au quartier Concasseur par un projectile.

 Annonçant des enquêtes sur ce cas de mort, le gouvernement précise qu’il y  a eu des blessés dont trois policiers et des dégâts matériels. La Brigade de la Gendarmerie de Dabondi-rails et plusieurs P.A. ont été attaqués par des manifestants, selon la note du gouvernement que nous avons consultée.

Rappelant le bilan macabre de la répression des manifestations depuis 2011, Cellou Dalein Diallo prévient que participer à une manifestation sous le règne d’Alpha Condé est un réel risque. « Le risque est de ne pas rentrer en vie chez soi. Nous sommes aujourd’hui à 122 jeunes arrachés à l’affection de leurs familles. Aujourd’hui encore, ils ont trouvé le moyen de venir à Hamdallaye en dehors de la zone des manifestations pour tuer un enfant. C’est inacceptable », déplore le leader de l’UFDG.

Le chef de file de l’opposition prévient qu’une nouvelle date de manifestation sera annoncée dans les prochaines heures par le FNDC.

« Nous sommes résolument engagés à empêcher monsieur Alpha Condé à s’octroyer un troisième mandat. Nous allons nous retrouver très rapidement pour tirer les leçons de cette manifestation et annoncer une nouvelle date. Hélas c’est notre seul recours puisque jusqu’à présent, rien n’a pu fléchir la position d’Alpha Condé.  Il tient à sa présidence à vie, pour ça il est prêt à marcher sur des cadavres », soutient-il.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Créé le Jeudi 14 novembre 2019 à 21:21