Guinée: La position du parti de Cellou sur deux décrets d’Alpha Condé…

Elections législatives
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG

CONAKRY- L’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), dirigée par Cellou Dalein Diallo s'est exprimée sur le "mini-remaniement ministériel" intervenu hier soir et la "convocation du corps électoral" pour les élections législatives.  

Qualifiant le limogeage d’Alpha Ibrahima Keira et d’Edouard Niankoye Lamah de « bruit de chaises musicales », Ousmane Gaoual Diallo, le directeur de la cellule de communication de l’UFDG que nous avons interrogé ce mardi 12 novembre 2019, a indiqué les priorités pour le peuple de Guinée sont ailleurs.

Selon lui, les guinéens attendent un discours clair du Chef de l’Etat annonçant l’abandon du projet de changement de la Constitution, la libération des prisonniers politiques et des poursuites à l’encontre des responsables des assassinats des jeunes manifestants.  

« La priorité c’est la libération des responsables du FNDC qui sont incarcérés injustement depuis plusieurs semaines, qu’on recherche les responsables les auteurs et commanditaires des assassinats qui continuent d’endeuiller les citoyens guinéens. Voilà les priorités, voilà les questions sur lesquelles le peuple de Guinée est à l’écoute du Chef de l’Etat. Tout le reste qu’on change tel ministre par tel autre, juste une question de jeu de chaises musicales, ce n’est pas un sujet qui nous préoccupe. Nos priorités sont ailleurs. Sur ces questions, nous avons toujours des clarifications », a déclaré Ousmane Gaoual Diallo.

Alpha Condé a limogé ce lundi  les deux ministres impliqués directement dans la gestion catastrophiques des manifestations et de l’enterrement des victimes. Si certains voient cet acte du Chef de l’Etat comme un signal encourageant dans le processus de la manifestation de la vérité sur ces évènements, Ousmane Gaoual Diallo n’y  croit pas du tout.

« Si on voulait faire la lumière sur ces assassinats, on aurait déjà commencé à faire des interrogatoires sur les unités qui étaient sur le terrain, le directeur général de la police aurait été déjà limogé ou suspendu de ses fonctions, le responsable de la gendarmerie qui commande les troupes qui tuent aurait été mis aux arrêts ou suspendu de leur fonction avant que les ministres ne suivent. Mieux, qu’un ministre quitte un portefeuille ministériel pour aller à un autre, je ne vois pas où est la sanction. Pour ce qui nous concerne, on estime qu’on continue toujours de faire la promotion de ceux qui causent des torts aux familles guinéennes. L’impunité est toujours promue. Donc on ne voit aucune sanction dans ce type de décret du Chef de l’Etat », prévient le directeur de la cellule de communication de l’UFDG.

Convocation du corps électoral…

Réagissant à la convocation du corps électoral le 16 février pour la tenue des élections législatives, Ousmane Gaoual Diallo fait constater qu’il n’y a pas encore de fichier. Mieux, dit-il, cette convocation contraste avec l’appel de l’ouverture au dialogue.

« Je constate dorénavant qu’il n’y a pas encore de corps électoral dans notre pays puisqu’il n’y a pas encore de fichier électoral. Donc, c’est une fuite en avant qui risque d’être une surprise pour les guinéens. Lorsque le Chef de l’Etat prend le risque de convoquer un corps électoral qui n’existe pas, je pense qu’il va falloir qu’il mette les moyens pour que ce corps électoral arrive. Mais le moment venu on avisera sur notre position par rapport à cette fuite en avant », a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : « Nous soulignons aussi à ce stade la contradiction entre la circulaire qui invitait à  la réouverture du comité de suivi pour statuer sur le chronogramme et le décret convoquant le corps électoral.  Ceci montre clairement que ce chronogramme n’a fait l’objet d’aucune discussion à aucun niveau avec les acteurs politiques. Nous notons également que rien n’a été dit sur la finalisation du processus électoral encours.  Notamment sur les conseils de quartiers et de district et des conseils régionaux », a rappelé le responsable de communication de l’UFDG.

DIALLO Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Mardi 12 novembre 2019 à 18:59