Guinée: le gouvernement "muet" face aux nouveaux cas de meurtre à Conakry…

Violences meurtrières à Conakry
Alpha Condé, Président de la République de Guinée
Alpha Condé, Président de la République de Guinée

CONAKRY-Le gouvernement guinéen reste encore muet face aux nouvelles violences qui ont entrainé des morts ce lundi 04 novembre à Conakry. Trois jeunes garçons ont pourtant été fauchés par balles hier dans la capitale guinéenne, en marge des funérailles de onze jeunes gens tués eux aussi par balles lors des violences du mois d’octobre.

24 heures après ces  évènements qui ont endeuillé une nouvelle fois des familles, le gouvernement n’a encore sorti aucun communiqué officiel pour condamner ces meurtres ou encore compatir aux douleurs des proches. C’est le black-out total. Plusieurs membres du gouvernement que nous avons contactés n’ont,  soit pas donné une suite à notre requête sur ces nouvelles violences, ou n’ont pas répondu à nos appels. Jusque-là, c’est seulement un communiqué « laconique » des services de polices qui a été rendu public.

Pendant ce temps, le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) appelle à de nouvelles manifestations contre le changement de la constitution. Ce mardi, les opposants ont accusé les « forces de l’ordre d’avoir ouvert le feu sur le cortège funèbre entrainant la mort de trois personnes et plusieurs blessés par balles »

L’organisation guinéenne de défense des droits de l’homme et du citoyen (OGDH) quant à elle, a fermement condamné l’usage disproportionné de la force et s’interroge sur les motivations réelles de ceux qui sèment la mort au sein des populations.

Cette organisation  appelle les forces de l’ordre à l’esprit de responsabilité et a interpelé le président de la République.  « La Guinée est trop précieuse pour qu’il la laisse plonger  dans le chao après tant d’années d’instabilité politique », a lancé Abdoul Gadiri Diallo, président de l’OGDH.

A suivre…

Africaguinee.com

 

 

Créé le Mardi 05 novembre 2019 à 17:59