Tueries à Conakry: pourquoi les corps des victimes ont été déplacés ?

Embargo levé sur les corps des victimes des tueries
Des femmes mobilisées contre les tueries à Conakry
Des femmes mobilisées contre les tueries à Conakry

CONAKRY-Les corps des victimes des évènements du lundi 14 octobre et jours suivants ont été déplacés à la morgue de l’hôpital Ignace Deen. Le parquet du tribunal de première instance de Dixinn qui dit avoir reçu le rapport d’autopsie, a annoncé ce vendredi soir leur disponibilité.

Sidy Souleymane Ndiaye précise que les familles des victimes peuvent se présenter à l’hôpital sino-guinéen où les corps seront mis à leur disposition en vue de l’inhumation.

« Dans le cadre de la procédure, des réquisitions ont été délivrées au chef de service de la médecine légale de l’hôpital Ignace Deen, à l’effet de déterminer les causes des décès (…) Les rapports d’autopsie ont été communiqués au parquet du Dixinn », a annoncé le procureur de Dixinn, qui précise qu’une enquête de police judiciaire a été ouverte contre X au niveau de la brigade de recherche de Kipé.

La restitution des corps des victimes des manifestations contre le changement constitutionnel a soulevé un vent de polémique mercredi dernier quand le gouvernement a annoncé leur indisponibilité alors que le FNDC prévoyait leur inhumation le même jour. Les dépouilles étaient gardées à la morgue de l’hôpital Ignace Deen. Le Front prévoyait une marche funèbre qui irait de cet hôpital situé au centre ville, jusqu’en banlieue. Mais avec le déplacement des corps, cette procession n’aura pas lieu. Ou du moins même si elle aura lieu, ça sera sur un itinéraire moins long.

« Les familles des victimes peuvent dès lors se présenter à l’hôpital sino-guinéen où les corps seront mis à leur disposition en vue de l’inhumation », annonce Sidy Souleymane Ndiaye, rassurant les familles des victimes que l’enquête entreprise sera menée avec rigueur.

A suivre…

La rédaction

Créé le Vendredi 01 novembre 2019 à 22:31