Guinée : privé de sa radio, El hadj Mamadou Sylla dénonce…

Médias

CONAKRY-Elhadj Mamadou Sylla, fondateur de la radip « continental Fm » vient de réagir suite à la fermeture de sa radio. Alors que la Haute Autorité de la Communication (HAC) accuse sa radio d’avoir violé « l’esprit et le contenu des cahiers de charge portant condition d’implantation et d’exploitation de radiodiffusion et de télévision privée », l’ancien président du patronat guinéen parle d’une décision politique. 

 « C’est une décision politique qui a été prise unilatéralement avec tout ce qu’on a donné comme preuve. Nous estimons qu’ils ne sont pas compétents pour fermer la radio parce qu’ils ne sont pas des juges. Même quand j’ai parlé avec le ministre de l’information, il m’a dit qu’ils ont pris un huissier pour faire un constat ensuite transférer le dossier au Tribunal. Donc je m’attendais à ce qu’on parte à la justice », a confié le fondateur de la radio Continental Fm. 

L’opposant qui dirige les destinées du parti UDG (Union Démocratique de Guinée) considère cette décision de la HAC comme un acte commandité pour lui faire du mal. 

« Quand j’ai vu la décision, j’ai compris que c’est pour faire du mal. En dehors même de l’aspect juridique, c’est un arrêté ministériel qui agrée une radio, au-delà des aspects techniques gérés par la HAC. Ce n’est pas une simple plénière qui va décider de nous retirer l’agrément. Pour moi, jusqu’à preuve du contraire, mon agrément n’est pas retiré.  Il faudrait qu’un arrêté soit pris pour ça. S’assoir comme ça pour dire seulement qu’on a retiré l’agrément, est-ce juridiquement ça tient ? NON », soutient-il. 

Au  fond, explique Elhadj Mamadou Sylla, la RTG n’a aucun contrat avec Continental Fm. C’est plutôt la société qu’il a recrutée pour assurer la gestion de son relais qui a traité avec un technicien de la RTG sans qu’il ne soit au courant. 

 « J’ai fait un appel d’offres pour un relai. C’est en ce moment qu’on a reçu plusieurs soumissions. On a choisi celle dirigée par Abdoul Aziz Diallo depuis 2017, ça fait trois ans. Nous avons payé 33 millions pour  l’achat de tout le matériel avec le contrat. Pour l’entretien, le prestataire nous a dit qu’on  doit payer 3 millions par mois. On s’est mis d’accord (…). Maintenant à la veille de la marche des femmes du FNDC, j’écoutais l’émission  Bountougny, quand j’ai constaté que la radio n’émet plus, j’ai demandé au Directeur qui m’a dit que c’est une panne technique, mais il n’a jamais dit qu’il a envoyé nos appareils à la RTG. Par la suite, je leur ai demandé d’aller voir Aziz qui a dit que l’émetteur a pris un coup avec un court-circuit et qu’il est allé voir son ami à la RTG qui l’a dépanné (...). C’est en ce moment qu’on a compris qu’il a envoyé nos appareils à la RTG. On a demandé à Aziz des explications (…) après, librement j’ai appelé le ministre (Amara Somparé) pour lui expliquer que l’émetteur qui a été pris à la RTG appartient à ma radio. Je lui ai dit que j’ai un contrat avec une société privée dont le siège se trouve en France, c’est elle qui a traité avec le technicien de la RTG. Il m’a dit que c’est leur technicien qui a déconné en acceptant de loger nos appareils là-bas sans informer quelqu’un. Ce qui n’est pas normal. Je lui ai alors demandé ce qu’on va faire. Il m’a dit qu’ils vont suivre l’affaire jusqu’au bout en transférant l’affaire au tribunal. Maintenant lundi passé, la HAC a envoyé une invitation au Directeur de la Radio et son adjoint. En allant je leur ai dit de prendre tous les documents qui lient la radio avec la société de Aziz Diallo et de partir avec. Pour qu’ils comprennent qu’on a traité avec une société privée (…) », a expliqué M. Sylla dénonçant plus loin une décision politique bien commandité pour faire mal à un opposant. 

Que compte-t-il faire ? Le fondateur de la radio continental Fm est encore l’expectative. « On réfléchit sur les moyens légaux. Mais d’avance on sait déjà que c’est une affaire instrumentalisée. C’est une décision politique. Aujourd’hui ils ont la force et tout. C’est sûr qu’à tous les niveaux, personne ne va oser dire la vérité », a nuancé Mamadou Sylla. 

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Jeudi 31 octobre 2019 à 13:59

TAGS