Guinée : Qui a interdit François Bourouno de sortir du territoire ?

Politique
François Bourouno
François Bourouno

CONAKRY- Le jeune opposant François Bourouno a été empêché de sortir du pays dans la nuit du vendredi à samedi 19 octobre alors qu’il était en mission pour l’Egypte. Qui est derrière cette interdiction ? Selon nos informations, l’instruction serait de certaines autorités policières.

Interpelé sur cette affaire, le  directeur général adjoint de la société de gestion et d’exploitation de l’aéroport de Conakry (SOGEAC), Addel Kader Yombounaud a déclaré qu’il n’est pas au courant de cette situation. Pourtant, le jeune opposant dont le parti PEDN est membre du FNDC a bel et bien été empêché de quitter le pays. François Bourouno  a regretté  la privation de ses droits.

« Nous sommes dans un contexte où il n’est pas exclu que l’instruction soit venue du Chef.  Mon  passeport a été confisqué pendant plus de 2 heures. C’est après plusieurs tractations qu’il m’a été restitué.  La police post-frontalière m’a dit qu’elle a reçu des instructions de l’autorité supérieure que je ne dois pas sortir du territoire. J’ai demandé c’est qui, mais ils n’ont pas été spécifiques. On  m’a privé mes droits les plus élémentaires. Alors que l’interdiction de sortir du territoire, c’est  un Procureur qui l’émet. Mais là c’était verbal », a expliqué M. Bourouno.

Ce responsable politique se dit viser  par le pouvoir en place à cause de son engagement  au sein du FNDC.  François Bourouno dit avoir subi assez dommages avec cette interdiction. « Il y a eu des frais de modification du billet et  le rendez-vous. J’étais censé arriver samedi. Et il y avait des séances de travail qui devrait avoir dimanche (…) c’est le plus grand dommage. C’est regrettable. Ce qui m’est  arrivé  est du  fait que le PEDN est un parti membre fondateur  du FNDC et il est très engagé et nous continuerons à le maintenir  », a prévenu François Bourouno.

Aux dernières nouvelles, après plusieurs démarches, Francois Bourouno a réussi à quitter le pays. Du côté de la police, son porte-parole, Mamadou Camara n’a pas souhaité commenter le sujet.

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

Créé le Dimanche 20 octobre 2019 à 19:44