Guinée : Alpha Condé pris en "otage" par son propre camp ?

Crise politique en Guinée
Alpha Condé, Président de la République de Guinée
Alpha Condé, Président de la République de Guinée

CONAKRY-Comment le  Président guinéen Alpha Condé va-t-il s’y prendre pour sortir son pays de l’impasse dans lequel il est plongé ? Entre la pression de la rue appuyée par l’appel au dialogue de la communauté internationale et l’intransigeance de son camp, le président de la République devra faire un choix.  

Une semaine après la sortie du communiqué de la présidence dans lequel le Chef de l’Etat a affiché une certaine ouverture au dialogue, les lignes n’ont pas bougé. Pourquoi ? Alors que les opposants au projet de nouvelle Constitution ont rejeté la main tendue, cette note fait des grincements de dents au sein même du parti au Pouvoir.  Certains caciques ne voient pas de bon œil cette démarche. En tout cas, c’est ce qui se murmure depuis quelques jours dans la cité. Les responsables du parti présidentiel refusent pour le moment de commenter ce communiqué de manière officielle. L’aile dur du RPG arc-en-ciel reprocherait à Tibou Kamara, Ministre d’Etat conseiller-personnel du Chef de l’Etat d’avoir mené une démarche solitaire. Les ténors du RPG n’auraient pas été associés à la rédaction du « fameux » communiqué, susurre-t-on.

Souleymane Keita militant engagé du parti au Pouvoir et jeune conseiller à la Présidence n’a pas caché sa désapprobation vis-à-vis du communiqué. Il est l'un des rares d'ailleurs qui a commenté le communiqué de la présidence.

« Ce qui est important aujourd'hui c'est de mobiliser nos militants à se faire enrôler sur la liste électorale et de nous organiser au sein de notre parti pour sauvegarder nos acquis, ce fameux communiqué qui cache des intentions inavouées ne m'engage pas du tout. Plus de place à la distraction, l'objectif reste le même mettre en œuvre notre projet de société en faveur du peuple de Guinée. Au même titre que les progrès économiques enregistrés, la mise en place d'un espace institutionnel adapté à la réalité constituera un bilan politique majeur de notre gouvernance. Et puisque la loi nous l'autorise, le Président Alpha Condé peut bien le faire avec le soutien de la majorité des guinéennes et guinéens », a-t-il écrit sur sa page facebook.

Alors que le FNDC projette de nouvelles manifestations dès la semaine prochaine, il est à craindre l’enlisement de la crise dans les prochains jours. Neuf personnes ont été tuées en Guinée lors de la première semaine de manifestation contre le projet de changement constitutionnel. Comment sortir de la crise actuelle ? Au sein de l’opinion, beaucoup estiment qu’une renonciation du Chef de l’Etat à briguer un mandat de plus sera un début de décrispation.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Vendredi 18 octobre 2019 à 13:10