Alpha Condé : "Il y a des insuffisances notoires dans cette Constitution…"

Débats sur la Constitution
Alpha Condé, Président de la République de Guinée
Alpha Condé, Président de la République de Guinée

Alpha Condé, le Président de la République a révélé les principales raisons qui le poussent à changer l'actuelle Constitution. Assurant que ce projet n’a rien à voir avec un troisième mandat, le chef de l’Etat souligne que c’est pour adapter la Loi fondamentale guinéenne à  l’évolution du monde.

Le dirigeant guinéen a averti que l’actuelle Constitution comporte des insuffisances notoires. La vidéo de cette sorite du Chef de l’Etat qui tourne en boucle sur la toile en largement commentée. Lisez plutôt !

« La constitution guinéenne a été faite sous un régime de transition. Donc un régime d’exception. Ils ont sélectionné quelques personnes, chaque groupe est venu avec ses propres intérêts. C’est un amalgame d’intérêts. Donc déjà le fonctionnement est très difficile. Ce qui fait que parfois on est obligé de faire des accords politiques qui sont contraires  à la constitution.

Deuxièmement, ce qui est normalement du domaine du droit dans le système français est la Loi organique. Or la Loi organique, il faut la majorité des 2/3. Ce qui est du domaine de la LOI organique se retrouve dans la Constitution. Il y a des insuffisances notoires dans cette constitution. Evidement  elle n’a pas été soumise au référendum. Si je prends par exemple le Conseil Constitutionnel, le président est nommé par le Président. Mais là les magistrats qui étaient là pour faire la Constitution, ont pensé que c’est eux qui devaient l’être, les avocats la même chose et les professeurs. Ce qui fait qu’on a un système où c’est les membres du Conseil Constitutionnel qui élisent leur président.

Ensuite, aujourd’hui, le monde a beaucoup changé. Nous devons adapter notre constitution au changement du monde. Aujourd’hui par exemple en Afrique c’est le changement climatique. Donc la protection de l’environnement. Cela doit se retrouver dans la Constitution. Il y a aussi la lutte contre les mariages précoces, le genre (…) il faut qu’on fasse la promotion des femmes. Ensuite vous avez la cybercriminalité, la protection de la nature. Nous devons intégrer énormément de réformes.

La première constitution parlait de l’intégration de la Guinée dans un environnement plus vaste, c'est-à-dire l’unité africaine. Ce qui a disparu. Or, pour nous cela est fondamental. Donc il faut adapter la constitution à notre époque. Non seulement elle a des insuffisances dans la façon dont elle a été adoptée, mais aussi il faut l’adapter au nouveau monde. ça n’a rien à voir avec le troisième mandat ou pas.

L’opposition craignant sa défaite aux élections cri au troisième mandat. Il s’agit de réformer la Constitution qui donne le pouvoir au Président de faire une nouvelle Constitution. Il suffit qu’il demande l’avis consultatif du Président de l’Assemblée et soumettre au peuple le référendum. Le  peuple de Guinée a le droit d’avoir une constitution moderne qui reflète les conditions de vie du monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. La Constitution est faite pour le peuple. Il n’y a pas une Constitution intangible.

Ceux qui critiquent aujourd’hui la réforme de la Constitution, c’est eux qui ont proposé une constitution illimitée. Principalement, celui qui parle le plus Cellou Diallo c’est eux qui ont fait la promotion du changement de Constitution. On avait une constitution deux fois cinq, on est passé à sept ans illimitée. Donc, une constitution à vie. Il y a beaucoup de pays qui ont changé de Constitution. Nous, depuis 2015, les gens voulaient qu’on fasse une nouvelle constitution, mais je leur ai écoutez, nous venons de sortir d’épidémie Ebola, nous avons d’autres priorités, attelons à régler d’abord les problèmes économiques (…). J’ai préféré d’abord nous concentrer sur l’essentiel. Il est temps maintenant, surtout  que la Constitution n’a pas été soumise au peuple, il faut une constitution qui soit légitime entérinée par le peuple. Ce qui n’a pas été le cas en 2010 ».

Une synthèse de la rédaction

Créé le Mardi 15 octobre 2019 à 23:13