Sayon Bamba: "Pourquoi on a maintenu la sanction contre Degg J Force 3 et Banlieuz’art…"

Sanctions contre Degg J Force 3 et Banlieuz’art
Sayon Bamba, Directrice de l'Agence Guinéenne des Spectacles
Sayon Bamba, Directrice de l'Agence Guinéenne des Spectacles

CONAKRY-Alors que les célèbres groupe de rap  urbain Degg J Force 3 et  Banlieuz’art ont présenté des excuses publiques suite à leur comportement jugés tordus lors de la célébration du 61ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée au palais du peuple, la directrice générale de l’Agence Guinéenne de Spectacle, a tranché. Sayon Bamba que nous avons interrogé ce vendredi 4 octobre 2019 a maintenu sa décision sanctionnant ces rappeurs  accusés d’agression et d’injures contre le journaliste culturel,  Ali Bongo Léno.

Ce mercredi 02 octobre 2019, en plein concert  au palais du peuple alors que le premier ministre et des membres du Gouvernement étaient présents, le journaliste culturel, Ali Bongo Léno a été victime d’agression et d’injures de la part d’Ablaye N’baye du groupe Degg J Force 3,  Marcus de Banlieuzart et King Alasko.  

« Quand les gens sont pris par la justice, ils arrivent au tribunal. Se repentir est une bonne chose,  cela veut dire qu’on est conscient de ce qu’on a fait. Nous sommes heureux de cela. Mais cela ne veut pas dire que la sanction va être levée. On ne peut se réveiller comme ça et dire qu’on est désolé. On le sait sinon tout le monde fera la même chose. Demain n’importe qui pourra tabasser un autre régisseur  sur le lieu du spectacle ou pendant un concert, appeler à tuer quelqu’un (…) Ces artistes sont des vieux de la vieille. Ils connaissent le pouvoir qu’on a sur nos fans.  Pour l’instant,  ma direction est ferme on reste sur cette décision jusqu’à nouvelle ordre », a  déclaré Sayon Bamba.

Selon nos informations, cette affaire est déjà devant un tribunal de Conakry. En tout cas, le régisseur  général du concert, Ali Bongo Léno envisagerait de porter plainte contre ces artistes qu’il accuse d’agression et d’injures.

 «Vous avez tous vu ce qui s’est passé sur l’esplanade du palais. Les propos injurieux, le drapeau guinéen exhibé, l’appel à la violence. C’est le mot.  Nous ne pouvons pas tolérer ça le jour de notre fête nationale, c’est une date hautement symbolique de la République. Raison pour la quelle,  nous avons pris des dispositions en attendant que le tribunal statue sur leur cas », a indiqué Sayon Bamba, qualifiant le comportement des artistes de regrettable.

 «  Je vous rappelle que ce  jeune qui a été cité  par ces éléments se trouvait en plein activité professionnelle ce jour-là pour  la fête nationale. Depuis des jours, on  travaillait sans relâche et sans dormir. Appeler  des gens  à le lapider et boycotter, je trouve cela très regrettable », fustige-t-elle indiquant que l’Etat accepte les excuses,  mais que des dispositions vont être prises pour que ce genre de comportements ne se répète plus.

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

 

Créé le Vendredi 04 octobre 2019 à 19:58

TAGS