Grève, salaire de base: Mory Sangaré met en garde les enseignants...

Education
Mory Sangaré, ministre de l'Education Nationale
Mory Sangaré, ministre de l'Education Nationale

MAMOU-Alors que les classes sont officiellement ouvertes ce mercredi 03 octobre, le ministre de l’Education Nationale, Mory Sangaré a mis en garde les enseignants ! De passage à Mamou ce mardi 1er Octobre, il a invité les enseignants de s’abstenir d’aller en grève. De même, le patron du département de l'Education a  menacé de sévir contre certains responsables d’écoles qui refusent de rejoindre leur lieu de mutation.

 « Je ne pouvais pas venir ici sans vous rencontrer. J'ai appris qu'il y a des directeurs ou des responsables d'écoles qui n'ont pas voulu quitter leur poste après les mutations. J'attends la première semaine de l'ouverture pour prendre mes dispositions. Nous ne pouvons pas tolérer cela. Si tel est cas, c'est parce qu'ils prennent de l'argent avec les parents d'élèves. On va les sanctionner », a martelé le ministre Sangaré.

Evoquant le sujet sensible lié à la grève, le chef du département de l’Education a été tranchant. Selon lui, rêver d’un salaire de base à partir de huit millions est un mirage.

« Pour la grève, vous avez vu ce qui s'est passé la dernière fois. Vous avez réclamé 8 millions. Finalement vous n'avez rien eu. Et nous, on est très gêné quand on entend qu'un enseignant n'a pas été payé. Je connais des femmes qui ont divorcé à cause de ça. Je suis enseignant de profession. Je ne souhaite pas geler  le salaire de quelqu'un. Si on le fait, c'est malgré nous. Alors ne suivez pas ces gens là. S'ils (les syndicalistes) appellent à une grève, ils auront de l'argent venant de l'extérieur. Mais vous, vous allez perdre », a-t-il averti, laissant entendre que c’est seulement le Gouvernement qui peut prendre la responsabilité de déclarer une année.

« Une année blanche, c'est le gouvernement seulement qui peut l'annoncer. Et lorsqu’il y a une année blanche, même moi je n'aurais pas mon salaire. Alors attendez les primes que nous allons gonfler et oubliez les 8 millions. Il n'y aura jamais cela. C'est comme un mirage. Vous allez voir mais vous ne toucherez pas", a tranché le ministre de l’Education nationale.

Habib Samake

Correspondant régional d'Africaguinee.com

A Mamou

 

Créé le Jeudi 03 octobre 2019 à 13:51