Stade de Conakry : refoulé par la police, Dr Faya se déchaîne…

Dix ans du massacre du 28 septembre
Dr Faya Milimouno, leader du Bloc Libéral
Dr Faya Milimouno, leader du Bloc Libéral

CONAKRY- Ce Samedi 28 septembre, l’opposant guinéen Faya Milimouno a été contraint par la police de quitter le stade 28 septembre où il avait prévu de déposer une gerbe de fleur à la mémoire des victimes du massacre du stade éponyme, il y a dix ans. Un « abus » que le leader du Bloc Libéral a dénoncé avec véhémence.

« On nous a dit que le stade est interdit à tout attroupement même de trois ou de quatre personnes. Nous avons été voir le responsable du stade qui nous a dit ça avec mépris. Nous avons voulu malgré tout, déposer notre gerbe de fleur en face de l’université Gamal Abdel Nasser contre le mur. A peine on s’est retrouvé-là, les policiers apparemment très agités sont venus et ont voulu se jeter sur les gens », relate l’opposant interrogé par Africaguinee.com.  

Le parti BL traverse des moments difficiles, s’amertume le leader du Bloc Libéral expliquant que le deuxième vice-président de son parti qui vient d’être évacué à Washington a été amputé hier. « Pour nous, ce n’est pas le moment de rentrer dans des polémiques avec une république qui devient de plus en plus une calamité. Donc on s’est retiré doucement, nous allons passer notre message au siège »,  a-t-il dit, affichant tout de même une inquiétude face à l’enchainement des choses ces derniers temps en Guinée.

« C’est inquiétant parce que dans cette république où on s’offre le droit de tuer vos enfants, on vous interdit même de les pleurer, de faire le deuil, de nous rappeler d’eux, ça devient une calamité. La Guinée est en train de perdre véritablement son âme. Nous devons nous réveiller parce que nous avons complètement perdu le nord », a interpellé Dr  Faya Milimouno.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Samedi 28 septembre 2019 à 16:09