Législatives du 28 décembre : la fraude a-t-elle déjà commencé ?

Recensement clandestin à Nzérékoré
Un électeur guinéen devant l'urne, image d'archive
Un électeur guinéen devant l'urne, image d'archive

NZEREKORE-Des groupes d’individus non identifiés sont en train de recenser des citoyens à Nzérékoré depuis quelques jours. Des gens qui n’ont aucun mandat officiel passent devant des domiciles pour dit-on recenser des citoyens qui n’auraient jamais voté a appris Africaguinée.com.

Le week-end dernier, quelques membres de la classe politique de Nzérékoré ont tenu un point de presse pour dénoncer ce recensement qu’ils jugent de clandestin. Certains citoyens que nous avons interrogé,  expliquent comment l’enregistrement se passe sur le terrain.

‘’Ils sont arrivés chez nous vers 15h. Ils nous ont demandé si nous avons une fois voté. Moi j’ai dit non. Ils m’ont recensé. Ils ont écrit mon nom, lieu de naissance, la filiation, la profession et j’ai signé. Une fille qui était à côté de moi a refusé de se faire inscrire. Quand ils ont quitté la fille m’a dit que le fait de me faire enregistrer fait que j’ai déjà voté pour le RPG sans me rende compte’’, nous a confié un citoyen de Mohomou, un quartier de la commune urbaine de Nzérékoré.

Un autre abonde dans le même sens : « Quand ils sont arrivés chez nous, ils ont voulu me recenser. C’est quand je leur ai dit que j’étais là pour les vacances et que je devais bientôt me retourner à Macenta qu’ils m’ont dit que c’est par là-bas je vais me faire enregistrer. Ils étaient deux et portaient  tous les deux des pantalons rouges bordeaux », témoigne un autre citoyen.  

Cécé Loua, premier responsable de l’UFR à Nzérékoré a dénoncé ce recensement. Selon lui, c’est un recensement clandestin qui n’est pas autorisé par la Loi Guinéenne.

« Ce que nous voyons actuellement, c’est un recensement à des fins politiques inavouées. Ils le font pour tromper les gens et leur demander d’adhérer à ce fameux projet de troisième mandat ou de nouvelle constitution. Voilà pourquoi nous interpellons nos parents et nos hommes politiques pour leur dire de ne pas prêter le flanc à ce recensement qui constitue une violation fragrante de la loi de notre pays’’, a-t-il confié.

Toutes nos tentatives de joindre la présidente de la CEPI sont pour le moment restées veines. Il faut signaler que ce recensement s’élargis jusque dans les villages, selon nos informations. Pendant ce temps la CENI n’a pas encore annoncé le début officiel de l’enrôlement des électeurs pour les élections législatives.

A suivre !

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’Africaguinée.com

A Nzérékoré

Tél : 00224 628 80 17 43

Créé le Mercredi 18 septembre 2019 à 16:50