Mohamed Tall prévient : « Salifou Kébé nous trouvera sur son chemin… »

Elections législatives
Mohamed Tall
Mohamed Tall

CONAKRY-Le bras  de fer semble inévitable entre l’institution électorale secouée par une crise interne à cause du chronogramme des législatives et l’opposition qui exige l’application des recommandations issues du rapport d’audit des experts sur le fichier électoral. Après la confirmation de la société Innovatrics pour la fourniture du logiciel, le parti de Sidya Touré a haussé le ton. Mohamed Tall Directeur de Cabinet de Sidya Touré trouve ce choix inacceptable. Il avertit que le président de la CENI sera tenu responsable de tout ce qui adviendra dans le pays.  

« La CENI, précisément son président maître Salifou Kébé a décidé de mettre de côté les conclusions du rapport d’audit sur le fichier.  Nous avons dénoncé le fait que l’appel d’offre n’était pas transparent et que des contacts avaient été pris avec cette société là. Ça fait déjà quelques mois que nous dénonçons ça. Aujourd’hui, je crois que les faits nous donnent raison. Mais dans cette confusion il faut relever une chose : avant même que les marchés publics n’officialise l’octroi du marché, la CENI travaillait depuis un certain temps avec les agents de cette société là.  A notre fort étonnement, le Président de la CENI dans un écrit publié dans certains sites d’informations nous apprend que c’est bel et bien Innovatrics qui a été retenu pour  fournir le logiciel et qu’il n’est plus question de recruter un opérateur international. Toutes choses qui vont à l’encontre des recommandations de l’audit », a dénoncé Mohamed Tall.

La question du chronogramme des élections législatives a ravivé les clivages au sein de l’institution dirigée par Salif Kébé. Une réunion de « dernière chance » tenue ce samedi 14 septembre 2019 dans le but de concilier les positions les des deux camps s’est soldée par un échec. Alors qu’un premier groupe de commissaires propose la tenue des élections législatives avant la fin de l’année, comme l’a souhaité le Président Alpha Condé, un second groupe trouve la période proposée intenable. Ce lundi 16 septembre maitre Kébé rencontrera le gouvernement pour éventuellement proposer une date des élections. Mais d’ores et déjà l’opposition avertit.

« La situation nous paraît désormais très claire. Nous estimons que tout ce qui se passe actuellement, que ce soit le discours sur le référendum ou ce qui se trame autour des élections législatives n’a qu’un seul but. C’est de permettre au président Alpha Condé d’aller au-delà de 2020. Soit on fait adopter la Constitution par voix référendaire, soit alors on fait adopter ça à l’Assemblée Nationale en ayant les 2/3 au moins des députés. C’est illégal. La Constitution ne le prévoit pas. A partir de ce moment là, nous estimons que c’est bonnet blanc, blanc bonnet. Nous allons nous mobiliser contre ce que la CENI est en train de faire de la même manière que nous sommes mobilisés jusqu’ici contre le référendum. C’est une question qui sera traitée dans le cadre du FNDC qui va mobiliser les guinéens de la même manière et qui produira exactement les mêmes effets. Donc le président de la CENI endossera toute la responsabilité de ce qui adviendra dans ce pays. Il est averti, il nous trouvera sur son chemin », a martelé Mohamed Tall.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : 00224) 655 311 112

 

 

Créé le Dimanche 15 septembre 2019 à 20:47