Mamadi Touré se fâche: "Qu’est-ce que la Guinée n’a pas fait pour l’ANC..."

Attaques xénophobes en Afrique du Sud
Mamadi Touré, ministre guinéen des Affaires Etrangères
Mamadi Touré, ministre guinéen des Affaires Etrangères

CONAKRY-Le Chef de la diplomatie guinéenne est très en colère ! Mamadi Touré s’est violemment insurgé contre les attaques xénophobes visant les étrangers en Afrique du Sud. Le ministre des Affaires Etrangères qui s’est confié en exclusivité à Africaguinee.com annonce que des actions sont envisagées au niveau  de la CEDEAO face à ces attaques qu’il qualifie  de « sauvages », « répugnantes » et « inacceptables ».

AFRICAGUINEE.COM : Les étrangers vivant en Afrique du Sud sont victimes d’attaques xénophobes. Qu’est-ce que les autorités guinéennes envisagent pour nos compatriotes vivant dans ce pays ?

MAMADI TOURE : On attend un rapport succinct de l’ambassadeur, mais en attendant  nous avons tous adopté une position sous-régionale parce que les ambassadeurs de la CEDEAO se sont réunis pour prendre une position commune. Pour le moment, à ma connaissance il n’y a pas d’indication qu’il y a eu mort d’hommes touchant les  guinéens. Toutefois, l’ambassadeur est en train de faire des recherches. Mais toujours est-il que nous nous sentons très touché par cette attitude des sud-africains. Cette xénophobie est inacceptable. Les traitements infligés à nos compatriotes sont inacceptables. Mais pour le moment, nous n’avons pas encore pris de mesures. Nous voulons prendre des mesures communes au sein de la CEDEAO.

Il faut aussi savoir que l’Union Africaine a fait une déclaration là-dessus. Donc, nous  voulons prendre une position sous-régionale. J’attends le rapport de l’ambassadeur qui a déjà écrit aux autorités sud-africaines pour exprimer son indignation face à cette attitude. Nous sommes très choqués dans la mesure où ce sont nous les africains en premier lieu qui avons combattu, qui avons fait des sacrifices humains, financiers, politiques pour que l’Afrique du Sud soit ce qu’elle est aujourd’hui. Alors, nous sommes très choqués que ce soit surtout des sud-africains noirs qui sont responsables de ces attitudes abominables. Nous avons fait part de cette position aux autorités sud-africaines. Et comme je l’ai dit tantôt, nous allons adopter une position sous-régionale face à cette situation parce que nous ne sommes pas les seuls touchés. Les ambassadeurs de la CEDEAo se sont déjà réunis, nous prendrons une position commune.

Le Nigéria par exemple qui a eu une position ferme face à ce déferlement de violences xénophobes contre les étrangers envisage même de rapatrier ses ressortissants. Cette option est-elle étudiée par la Guinée si ces violences continuent ?

Si les violences continuent, nous allons agir. Absolument. Parce que nous ne pouvons pas laisser nos compatriotes à la merci de ce genre d’attaques et tueries qui frôlent vraiment la sauvagerie. Parce qu’il n’y a rien qui explique cette violence. Nos compatriotes ne sont pas là-bas pour leur enlever leur emploi. Tout comme il y a des sud-africains qui sont en dehors de leur pays, ils y investissent, ils ne sont pas inquiétés, alors pourquoi nos compatriotes doivent être inquiétés. C’est inacceptable ! Nous trouvons ça très répugnant. Surtout des pays comme la Guinée, le Nigéria, des pays d’Afrique Australe, se sont battus pour l’Afrique du Sud. Qu’est-ce que la Guinée n’a pas fait pour l’ANC pour la libération de l’Afrique du Sud ? Alors que nos compatriotes soient traités de cette façon dans ce pays est inacceptable.

Nous attendons le rapport de l’ambassadeur pour entreprendre une position commune sous-régionale. Parce que dans des situations comme ça, il faut avoir une position commune. Il y aura plus d’effet. Nous allons aussi poser le problème à l’Anion Africaine aussi. On ne laissera pas cette situation passer comme ça.

Beaucoup expliquent  l’attitude molle de l’Union Africaine face à cette xénophobie par le fait que selon eux, l’Afrique du Sud est l’un des gros pourvoyeurs de l’UA. Comprenez-vous ces réactions ?

Ne voyons pas le problème de cette façon. Attendons de voir la position qui va être adoptée. Parce que pour toute l’Afrique cette violence est inacceptable, pour l’Union Africaine, c’est inacceptable. Mais attendons de voir les mesures parce qu’à chaud, on n’a pas toujours la réaction appropriée. Il faut bien prendre des mesures pour que d’abord ceux qui ont commis ces actes-là soient appréhendés et traduits en justice. Ensuite prendre des mesures et faire en sorte que ça ne se répète plus. Mais comme je l’ai dit attendons de voir la position de l’UA.

Auriez-vous un appel particulier à l’endroit de nos compatriotes qui vivent en Afrique du Sud ?

Je leur demande de faire attention, de ne pas trop s’exposer. Et prendre des mesures de sécurité. Au besoin de rester à la maison et chaque fois qu’il y a des situations dangereuses, faire appel aux autorités, à la police par exemple. En tout état de cause nous n’allons pas les abandonner.

Interview réalisée par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Samedi 07 septembre 2019 à 16:11