Maître Mohamed Traoré: "La Loi sur la Cyber-sécurité n’est pas opposable…"

Liberté de la presse
Synergie des radios privées sur la liberté de la presse en Guinée
Synergie des radios privées sur la liberté de la presse en Guinée

CONAKRY-Une synergie des radios privées guinéens a été organisée ce jeudi 29 août 2019 à Conakry pour parler de la Liberté de la presse en Guinée, au studio de Sabari Fm. Des journalistes, des avocats et d’autres acteurs de la vie nationale ont pris la parole pour notamment lever cet amalgame qui existe aujourd’hui concernant la Loi sur la Liberté de la Presse. Parmi ces intervenants, l’avocat maitre Mohamed Traoré.

« Le journaliste n’est pas au-dessus de la Loi, il ne bénéficie pas d’une impunité. Lorsqu’il commet une infraction, il est justiciable comme tout sujet de Droit. Mais quand il s’agit d’une infraction commise dans l’exercice de la profession du journalisme, ça relève de la Loi sur la liberté de la Presse. Cette Loi a été adoptée et appliquée jusqu’en 2019  sans aucune difficulté.

Je ne comprends pas que ce soit maintenant qu’on se pose la question s’il faut appliquer la Loi sur la cyber-sécurité ou s’il faut appliquer la Loi sur la liberté de la presse. Je rappelle que la Loi sur la Liberté de la presse a été adoptée en 2010, on l’a toujours appliqué lorsqu’il y a des infractions par voie de presse. En 2016, il y  a eu cette Loi sur la cyber-sécurité et la protection des données à caractère personnel. Malheureusement depuis l’adoption de cette Loi jusqu’à maintenant, on ne l’a jamais appliqué aux infractions commises par voie de presse.

Ce n’est qu’en 2019 qu’on sort cette Loi pour dire qu’elle peut s’appliquer à tout le monde y compris  même les journalistes qui commettent des infractions dans le cadre de leur profession. D’ailleurs cette Loi sur la Cyber-sécurité n’a pas été publiée au Journal Officiel. Donc aujourd’hui, elle ne peut pas être opposée à un citoyen, aucun citoyen ne peut être condamné sur la base de cette Loi. Les juristes savent qu’une Loi qui n’a pas été publiée dans le journal officiel n’est pas opposable aux citoyens », a éclairé l’avocat.

Le malien Makan Traoré, Secrétaire du Forum des Editeurs Africains s’est également prononcé sur la liberté de la presse en Guinée.

Bah Boubacar Loudah

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 113

Créé le Jeudi 29 août 2019 à 14:36

TAGS