Barrage de Souapiti : l’autre "revers" de la "médaille"…

Souapiti
Le président de la République de Guinée, Pr Alpha Condé lors d'une visite sur le chantier de Souapiti
Le président de la République de Guinée, Pr Alpha Condé lors d'une visite sur le chantier de Souapiti

CONAKRY- La construction du gigantesque barrage hydroélectrique de Souapiti (450 mégawatts), censé mettre fin aux sempiternels délestages de courant électrique en Guinée, suscite des controverses. Alors qu’une étape importante du projet a été franchie avec la fermeture des vannes ce lundi 26 août, des citoyens impactés par les travaux réclament encore leur recasement.

Certains citoyens déplacés des zones touchées par le chantier du barrage ne savent plus à quel saint se vouer. Sommés de quitter ces lieux dans l’urgence pour être recaser dans des sites plus appropriés, les habitants de certains villages environnants sont désormais exposés. Car avec la fermeture des vannes, ils risquent d’être ennoyés par le flux d’eaux qui est en train d’être emmagasiné pour le barrage. Quoique, certains refusent de quitter en dénonçant les conditions de leur déguerpissement. Pour cet habitant de la zone de Konkouré, le calvaire de trouver un logis décent et confortable est incommensurable.

‘’ Nous avons été délocalisés à cet endroit qu’on appelle Konkouré où il était prévu qu’on construise des cités pour nous. D’autres ont été logés dans des bâtiments et de notre côté nous n’avons rien eu. Quand ils sont arrivés au départ, toutes les maisons ont été recensées puisque le barrage de Souapiti devrait passer par là. Pour notre cas, nous avons choisi la zone de Kambaya qui se situe dans la zone de Télémélé. Au terme du recensement, ils nous ont fait croire que plus de 500 résidences doivent être construites mais ils n’ont pu réaliser que 380 bâtiments’’ a confié ce père de famille, au micro d’Africaguinee.com.

Selon notre interlocuteur, ce qui est ‘’marrant’’ dans cette histoire,  c’est le fait que ces maisons soient insuffisantes pour abriter tout le monde.

 ‘’ Avant le déplacement, vous pouvez voir une seule famille qui a plus de quatre bâtiments à son compte. Donc,  vouloir octroyer une bâtisse par famille c’est vraiment insignifiant. Il y a cinq familles qui n’ont pas eu d’abris et les autorités nous proposent d’être logés ailleurs et de recevoir de l’argent en contrepartie, mais nous refusons cela. Nous refusons d’être dirigés vers des cieux inconnus pendant que tous nos bagages sont sous les intempéries. Nous sommes devenus des sans-abris parce que nous n’avons pas où rentrer’’ a regretté cet habitant impacté par la construction du barrage de Souapiti qui coûte 1,2 milliard d’euros.

Interpelé sur ces plaintes, un responsable du projet de Souapiti a indiqué que  le processus de recasement a été lancé depuis quelques temps. Notre interlocuteur, a admis qu’il y a tout de même certaines familles qui  refusent de déménager dans les nouveaux locaux qui leur ont été proposés.

‘’ Le refus de ces familles est dû à un certains nombres de choses que nous devrions régler avant qu’ils ne déménagent. Qu’à cela ne tienne, au niveau de la direction, nous sommes disposées à régler tous les petits détails au fur et à mesure que les gens déménagent. C’est une urgence de déménager parce qu’hier, nous avons procédé à la fermeture des vannes, cela veut dire qu’on est en train de constituer la réserve d’eau du barrage qui est évaluée à  six milliards-soixante- quinze-millions de mètres cubes d’eaux’’ , a expliqué notre source.

Pour cet ingénieur, les personnes qui sont appelées à se déplacer,  vont voir que leurs lieux d’établissements actuels seront des zones ennoyées une fois que les eaux vont monter.

‘’ Nous avons déployés des équipes de sensibilisation pour que les gens n’attendent pas que les eaux leur arrive. Il faut donc qu’ils acceptent de partir avant cela. Ce qu’ils réclament comme indemnisations à faire au niveau des arbres fruitiers et non fruitiers se fera au fur et à mesure’’, a-t-il promis.

Dossier à suivre…

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

Créé le Mardi 27 août 2019 à 17:22

TAGS