Labé : les larmes de la mère du jeune Daouda Barry, tué en Angola…

Société

LABE- C’est une mère complètement meurtrie que nous avons rencontrée ce dimanche 25 août 2019 dans le quartier Safatou à Labé. La maman de Daouda Barry, ce jeune guinéen tué récemment en Angola par des inconnus continue encore de verser des larmes.

Koumba Alarba Barry dit avoir perdu le « pilier » de la famille. Elle partage ici les derniers instants qu’elle a passés avec son fils. 

« Je m’en remets à la volonté de Dieu. Je me console mais je ne suis pas prête à pardonner le meurtrier de mon enfant. Le meurtrier de mon fils m’a enlevé le buisson qui me protégeait, il r a mis fin à la vie de mon principal soutien avec toute ma famille. C’est mon fils ainé. Mon fils m’a laissé sa fille d’un an. Noter dernière conversation c’était le mardi soir. Un de ses frères avait un baptême au village. À mon retour je lui ai fait le compte-rendu du baptême. C’était la toute dernière conversation. C’est le mercredi qu’on m’a annoncé que mon fils a été fusillé. Ce jour, jusqu’au lendemain j’étais perturbée. Je ne savais pas quoi faire. Lorsqu’on m’a dit que la balle était logée au niveau du cou, j’ai perdu tout espoir.

C’est le jeudi qu’ils ont appelé son grand-frère pour l’informer que Dadouda est décédé. », a expliqué la mère du jeune Daouda Barry qui a été froidement abattu par des bandits en Angola.

Mariama Ciré Barry, l’épouse de feu Daouda ne trouve presque pas de mots pour expliquer le choc qu’elle vit depuis le décès de son mari.

« Je n’ai pas trouvé à dire si ce n’est que de prier Dieu afin qu’il pardonne à mon mari. J’ai échangé avec mon mari le jour même de l’attaque dont il a été victime. J’ai parlé du baptême de l’enfant à son frère qui s’était tenu dans leur village. Moi j’y étais restée pendant deux jours », a révélé Mariama Cité Barry.

Il faut noter quelques jours seulement après l’assassinat de Djiba Diallo originaire de Dalaba, mariée et mère de trois enfants, c’est Daouda Barry qui a perdu la vie dans les mêmes conditions. Au lendemain de son assassinat les autorités angolaises ont montré à la télévision d’Etat deux hommes suspects qui ont été mis aux arrêts et qui feraient partis du gang qui attaque et tue des innocents dans cette ville.

 

Alpha Ousmane Bah(AOB)

Pour africaguinée.com

Tél. (+224) 664 93 45 45                                                           

Créé le Lundi 26 août 2019 à 15:12

TAGS