Bisbilles au sein de l’opposition : Cellou et ses alliés bientôt devant les tribunaux ?

Bataille pour le contrôle des démembrements de la CENI
Des leaders de l'opposition guinéenne
Des leaders de l'opposition guinéenne

CONAKRY-Faute de consensus dans le partage du quota  dans les démembrements de la CENI, Cellou Dalein Diallo et ses compagnons de l’opposition finiront-ils devant les tribunaux ? Rien n’est moins sûr !

Engagés dans une bataille pour le contrôle des démembrements de la CENI, les adversaires d’Alpha Condé peinent toujours à s’entendre.  Cette question est devenue un véritable serpent  de mer. Pourtant samedi dernier, le chef de l’opposition avait assuré qu’une solution pourrait être rapidement trouvée à cette crise.

Mais jusqu’à présent, le statu quo est encore là. L’Union des forces démocratiques de Guinée dit avoir fait assez d’efforts pour contenter tout le monde. En vain ! « L’UFR est dotée dans toutes les préfectures où l’UFDG a 3 ou 4 représentants, c’est le cas aussi du BL. Je rappelle que le vendredi passé le BL est venu ici, nous avons eu une séance de travail avec le chargé des élections, ils ont vu que réellement l’UFDG leur a fait une part belle dans nos quotas. Ce qu’il faut savoir ce que c’est dans nos quotas, dans ce que la loi nous a donné que nous prenons pour redistribuer à ces partis d’opposition pour faire en sorte que nous allions à un consensus », explique Cellou Baldé, interrogé par un journaliste d’Africaguinee.com.

Pour Dr. Faya Milimouno, la question n’est pas encore résolue. Le leader du BL prépare d’ores et déjà la riposte devant les tribunaux. (Au cas où!) « On ne s’est pas entendu. On a dit à la CENI que toute liste qui ne porte pas la signature d’un cadre du BL dans une localité, cette liste n’est pas consensuelle (…), donc elle est à rejeter. Nous appelons le président de la CENI, tous les matins pour le lui rappeler. Et nous faisons la mise à jour de manière régulière. Partout où nous allons apprendre qu’une liste a été acceptée avec ceux qui excluent le Bloc Liberal, nous confions directement cette circonscription à notre avocat pour commencer à préparer un recours », prévient cet opposant.

Le temps presse, les commissaires de la CENI chargés de l’installation des démembrements devraient bouger ce lundi à Conakry pour l’intérieur du pays. Pendant ce temps, aucune solution n’est sur la table chez les opposants. Certains partis préfèrent aujourd’hui négocier à la base entre fédéraux pour obtenir des représentants dans les CENI, CEPI ou CESPI, apprend-on. Car les chances de trouver un consensus s’amenuisent. D’autres s’apprêtent même au pire : « On s’apprête au pire », glisse un opposant dont le parti avait été écarté au départ dans le processus.

Dossier à suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

 

Créé le Lundi 26 août 2019 à 19:23