Elections en Guinée : un nouveau bras de fer en perspective …

Politique

CONAKRY-Entre la commission électorale nationale indépendante (CENI) et l’opposition, ce n’est pas la parfaite entente. Ces deux « partenaires » ont eu encore un point de friction ce lundi 5 août en marge de la deuxième réunion du comité inter-parties, a-t-on constaté. D’où est partie la controverse ? 

 

En effet, pour le choix de l’opérateur technique censé faire la révision du fichier, l’institution électorale a mis deux propositions sur la table. A savoir faire le recrutement de l’operateur technique au niveau local, ou donner la latitude  à la CENI de faire le travail en lieu et place de l’operateur.

 

Il n’en fallait pas plus pour provoquer l’ire de l’opposition qui a rejeté de facto ces deux options. Pour le Représentant du comité Inter-parties du principal parti de l’opposition guinéenne, la CENI ne dispose pas de compétence pour mettre en œuvre ce processus électoral. Cellou Baldé dénonce le manque de crédibilité et de transparence dans le travail qui sera effectué. Il a exigé le recrutement d’un opérateur technique international.

 

« Aujourd’hui, nous avons de plus en plus d’inquiétude par rapport à ce processus-là, parce qu’au départ quand nous étions à la retraite de Kindia avec la CENI, il était question de recruter un opérateur technique international qui va se charger de la révision du fichier électoral et en même temps  d’appliquer les recommandations de l’audit, parce que la  correction des anomalies du fichier se font  au même moment que la révision du fichier électoral. Les deux recommandations fortes exigent que tous les électeurs passent devant le kit d’enrôlement soit pour confirmer leurs données alphanumériques et biométriques mais également compléter leurs données. Avec le recul, en lieu et place d’un opérateur technique international, la CENI envisage elle-même de faire ce travail.  La question qui se pose actuellement quelle est l’expertise que la CENI dispose aujourd’hui avec les 17 commissaires pour faire un travail de révision sur le terrain ?  Avec toutes les activités dont la CENI dispose déjà est-ce que cela peut nous permettre d’avoir une révision crédible, transparente ? Nous disons non », s’insurge le député Cellou Baldé. 

 

 

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél: (+224) 655 31 11 14

Créé le Mercredi 07 août 2019 à 10:58