Zakaria Koulibaly : "Pourquoi nous avons augmenté le prix du carburant…"

Hausse du carburant
Zakaria Koulibaly, ministre des hydrocarbures
Zakaria Koulibaly, ministre des hydrocarbures

CONAKRY-Le Gouvernement guinéen vient de justifier l’augmentation du prix des carburants à la Pompe. Le ministre des Hydrocarbures qui s’est confié ce jeudi 1er août 2019 à Africaguinee.com, a justifié cette mesure par la hausse du baril de pétrole à l’international, à cause notamment des crises qui frappent les pays producteurs.  

« Il y a l'augmentation du baril à l'international. Comme on le dit souvent et qui est connu de tout le monde, le produit pétrolier est importé. Donc à chaque fois que le coût augmente à l'international, naturellement cela se répercute en Guinée. Les raisons sont les crises que vous connaissez, la crise iranienne, libyenne et vénézuélienne. Normalement la Gouvernement guinéen à l'image des pays voisins comme la Côte d'Ivoire, le Mali Sénégal, aurait pu augmenter depuis le mois de mai. Mais en Guinée on s'est trouvé chaque fois un juste milieu entre le social et l'économie. Parce que il s'est trouvé qu'au mois de mai c’était le Ramadan et juste après, c'était les examens nationaux. Donc pour ces deux raisons malgré que la structure  était déséquilibrée, le Chef de l’Etat et le Premier ministre ont demandé, en dépit du fait la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Mali, avaient augmenté le prix, ils nous ont instruit de patienter jusqu’à ce que, le mois de carême et les examens nationaux terminent », a indiqué le ministre des Hydrocarbures.

 Le Gouvernement guinéen a annoncé ce mercredi 31 juillet 2019 l’augmentation des prix des produits pétroliers à la pompe, à partir de ce jeudi 1er août 2019. Le prix du litre d’essence, de gasoil, du pétrole lampant sera vendu à 10.000 francs à la pompe. Pour Zakaria Koulibaly , le gouvernement aurait pu encore augmenter un peu plus sérieusement le prix, étant donné que, selon lui, le Mali, le Sénégal restent toujours au-dessus de la Guinée.

« Mais nous prenons toujours une option qui est à la médiane. Il fallait le faire maintenant parce qu’entre Mai et maintenant, l’Etat a renoncé à ses recettes pétrolières pour au moins 80 milliards de subvention. Mais l’instruction a été donnée de garder patience que ces deux réalités terminent avant d’augmenter. Mais le besoin était là depuis le mois de mai », a-t-il déclaré, prévenant que la tendance du baril est haussière actuellement.

« Le prix du baril va aujourd'hui de 63 à 66 dollars. C’est une tendance qui est haussière. Ça peut aller au-delà. Espérons qu’il y ait un peu de désamorce puisque les Etats-Unis sont autour de la table avec les iraniens. Espérons qu’avec ça, la production mondiale va augmenter. Mais pour le moment, les projections sont pessimistes », a averti Zakaria Koulibaly.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Jeudi 01 août 2019 à 11:18