Préfecture de Mali : Quels sont les changements apportés par Alpha Condé ?

Libre Opinion

Il vous souviendra qu’à l’occasion de son passage à Mali le 4 septembre 2015 pour la campagne des présidentielle Monsieur Alpha Condé alors candidat à sa propre succession avait déclaré aux populations de cette préfecture : 

 « Dans 5 ans la préfecture de Mali dépassera le Sénégal » 

« Ensemble nous allons changer ce pays. Je suis venu avec mon ami maitre Bounkounta Diallo, grand avocat sénégalais. Il ne sait pas pourquoi je l’ai amené. Osons le dire, Mali fait frontière avec le Sénégal ; Mali a d’immenses potentialités touristiques, énergétiques, agricoles, … Alors je veux qu’il voie Mali aujourd’hui et dans 5 ans nous allons revenir. Et il verra que Mali aura dépassé le Sénégal. Mali va concurrencer Niokolokoba (parc Sénégalais) et nous allons interdire la chasse afin de faire un parc national à Balaki (sous-préfectures de Mali) » lance-t-il.  

Et de poursuivre : « Mali, Télémele et Beyla, sont parmi les préfectures les plus défavorisées de la Guinée. Monsieur le premier ministre (Tidiane Souaré), vous applaudissez mais c’est une réalité. Alors, c’est cette position que nous voulons changer » promet-t-il.  

''Mali sera désenclavée'' promet le professeur Alpha Condé : « j’ai écouté votre Maire, le premier problème c’est les routes ; Monsieur le premier Ministre, la ville de Mali n’a jamais connu de goudrons en cinquante ans mais elle va connaitre le goudron s’il plait à Dieu. Nous allons aussi amener la route Labé-Mali jusqu’à la frontière avec le Sénégal afin que Mali soit désenclavée » ajoutait-t-il. 

Dans un mois quatre jours ça fera 4 ans depuis que le président Alpha Condé a fait cette promesse aux populations de Mali qui lui avaient donné beaucoup plus de voies qu’aux précédentes élections. Quels sont les changements apportés depuis, dans cette préfecture, par M Alpha Condé qui avait promis y revenir dans cinq ans c’est -à- dire le 4 Septembre 2020 avec son ami Mr Bounkounta Diallo pour constater que ce dernier voit que « Mali a dépassé le Sénégal » ? Ces changements à constater aujourd’hui sont les suivants :

-              Mali est coupée de la Guinée et du Sénégal par un enclavement de plus en plus chronique marqué par la rupture en Juillet 2018 du pont sur la grande rivière Mbaagou entre cette préfecture et Labé. La déviation qui avait été aménagée suite à la rupture de cet ouvrage effondrée il y a un an, vient, elle aussi, de céder suite aux crues du cour d’eau en ce mois de Juillet 2019. Le 21 de ce mois les véhicules en partance de Labé pour Mali et vice versa n’ont pas pu franchir MBaagou, les usagers se sont retrouvés pris au piège et y ont passé des jours avant de pouvoir nager pour traverser pour ceux qui pouvaient le faire. C’est le triste spectacle qui est vécu à Mbagou par les usagers.

Le Ministre des Travaux Publics M. Moustapha Naité a visité le 16 Juin 2019, le chantier du pont entamé depuis le mois de Mai sur préfinancement de l’entreprise PETROMAN en charge des travaux. Cette visite du ministre avait mobilisé des foules et a connu de nombreux discours teintés d’éloges à l’endroit du pouvoir. Si le délai d’exécution des travaux prévu pour   deux mois avait été respecté, le pont aurait été prêt à être utilisé avant le 21 Juillet, date de la rupture de la déviation de fortune. 

Malheureusement l’entreprise qui a préfinancé le démarrage des travaux  n’aurait pas été payée à temps pour continuer les travaux.

-              Il est à signaler que rien qu’entre Labé et Mali près d’une dizaine de ponts dont celui de la Komba, le plus grand cours d’eau sur le tronçon, sont sur le point de céder pour enfin sceller définitivement le sort de cette préfecture.

-              Les rues de la ville de Mali pour le bitumage desquelles la gouvernance Alpha Condé a posé avec grande  pompe la première pierre en Septembre 2012 et pour lesquelles le professeur a réitéré les promesses en 2015, restent les plus dégradées que la ville ait connues depuis sa naissance au début du siècle dernier.

-              La route Mali frontière Sénégal quant à elle, a atteint un degré de dégradation tel que les quatre sous-préfectures qui sont de ce côté ( Gayah, Madina Wora, Touba Bagadaadji et Lébékerin) restent coupées de Mali -centre malgré les efforts de cantonnage entrepris par les populations pendant la saison sèche passée.

-              Pour aller dans les 10 sous- préfectures de Mali en dehors de Fougou et de Yambering à partir du chef-lieu,  le seul moyen de déplacement pour les citoyens demeure la moto, la circulation des véhicules de transport étant impossible à cause de la dégradation très poussée des routes et des pistes.

-              Le prix des denrées de première nécessité augmente tous les jours face aux difficultés de transport et les populations en pâtissent. 

Voilà les quelques changements apportés par la Gouvernance Alpha Condé dans la préfecture de Mali qu’il avait promis au cours de sa campagne, faire dépasser le Sénégal entre 2015 et 2020 c’est-à-dire au cours de son deuxième mandat.

Rappelons que de 1994 à 2009, au moins le tronçon Labé –Mali était praticable,une 4x4 y parcourait les 120 km qui séparent les deux préfectures en une heure et demie à deux heures de temps. En 2015 quand le président Alpha Condé partait en hélicoptère à Mali pour sa campagne présidentielle la même4x4 parcourait la même distance en huit à neuf heures de temps. Les cortèges de certains ministres et autres cadre de l’Etat qui était venus à Mali par la route pour préparer l’Arrivée du président en savent quelque chose car beaucoup de leurs véhicules s’étaient embourbés pendant des heures entre Labé et Mali.

 

El hadj Ibrahima Diallo ressortissant de Mali à Conakry

Email: dialloi2013@gmail.com

Créé le Mercredi 31 juillet 2019 à 13:11