Guinée : quand Damaro ferme "définitivement" la porte à Sidya Touré…

Politique
Damaro Camara
Damaro Camara

 CONAKRY- A l’orée des prochaines consultations électorales, Damaro Camara a adressé un message particulier à Sidya Touré. Le chef de la majorité présidentielle au Parlement a annoncé qu’il ne sera plus question d’alliance entre le RPG Arc-en-ciel et l’Union des Forces Républicaines dirigée par Sidya Touré. 

Alors que Sidya Touré continue de dénoncer le choix porté sur l’opérateur en charge du fichier électoral, Damaro Camara n’a pas tardé à réagir. 

« Heureusement que ce n’est pas lui (Sidya Touré, ndlr) seul qui décide », réplique Amadou Damaro Camara, interrogé par un journaliste d’Africaguinee.com. Le parlementaire observe que le leader de l’UFR a des représentants à la CENI. 

« Il a ses représentants à la CENI, nous avons les nôtres, d’autres acteurs politiques ont les leurs. La CENI est le seul organe qui a le droit de sélectionner un opérateur. Les partis politiques ne sont pas partie prenante du choix des opérateurs. Nous avons souffert de ça. Depuis Ben Sékou Sylla qui était son homme, Sidya Touré n’a jamais accepté aucun président de la  CENI. Il n’a pas accepté Lonsény Camara, il n’a pas accepté Bakary Fofana, il récuse encore Kébé… je crois qu’il ne serait d’accord que le jour où on prendra un président de la CENI issu des rangs de l’UFR auquel il va donner des instructions », réagit le leader du groupe parlementaire RPG arc-en-ciel. 

Lire aussi-Sidya Touré avertit la CENI : « On n’acceptera pas… »

L’ancien Premier ministre Sidya Touré soupçonne Innovatrics d’être un instrument de fraude permettant au président Alpha Condé d’avoir les 2/3 des députés lors des prochaines élections législatives pour baliser le chemin du troisième mandat. Le souci deSidya Touré est ailleurs, soutient M. Damaro, qui ajoute qu’il cherche des alibis.  

« Il sait qu’il a 10 députés grâce à l’aide de l’UFDG, s’il a des mairies aujourd’hui, c’est grâce à l’aide du RPG. Ni l’UFDG, ni nous, ne comptons-nous associer à lui pendant les prochaines élections législatives. Il sait son poids réel, c’est pourquoi il cherche des alibis pour ne pas aller. Mais qu’il aille ou qu’il n’aille, avec ou sans lui, nous irons aux élections. La désignation de l’opérateur obéit à un processus auquel la CENI composée paritairement de l’opposition et de la mouvance, a souscrit. Deux sont issus de son parti. Donc, s’il ne croit pas à ses représentants, c’est son problème. Ce n’est pas notre préoccupation. On est en train d’organiser les élections. Je répète qu’il cherche des alibis. Mais ce dont je peux lui dire : avec ou sans lui, nous irons aux élections », averti Amadou Damaro Camara. 

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112 

Créé le Jeudi 18 juillet 2019 à 17:04