Washington : l’ambassadeur Kerfalla Yansané s’entretient avec ses homologues de la CEDEAO…

Diplomatie

WASHINGTON- Le 5 juillet dernier, des Ambassadeurs des pays de la CEDEAO accrédités aux Etats-Unis d’Amérique se sont retrouvés à l’Ambassade de la République de Sierra Léone pour élire le nouveau bureau chargé de piloter, suivre les intérêts et projets des pays de la sous-région suite au départ du précédent Président. 

Le nouveau bureau se compose comme suit :

1.        Le Président et doyen des Ambassadeurs : L’Ambassadeur du Cap Vert (le plus ancien du Groupe des Ambassadeurs)

2.        1ereVice-Présidence, l’Ambassadeur qui vient en seconde position en termes d’ancienneté

3.        2èmeVice-Présidence, le pays assurant la Présidence de la CEDEAO 

4.        Trésorier : L’Ambassade de Guinée à Washington

5.        Secrétariat du Groupe des Ambassadeurs : L’Ambassadeur de la Sierra Léone

Ce nouveau groupe sera chargé d’engager des réflexions pour la création de sous-commissions de travail qui regroupera les différents experts des Ambassades des pays membres de la CEDEAO.

L’un des mandats de ce groupe est de se pencher sur les questions d’expulsions des migrants des pays membres. L’ensemble des Ambassadeurs présents à cette réunion ont noté la problématique de la nouvelle politique de l’administration américaine en matière d’immigration.  Les Ambassadeurs ont noté l’importance d’aborder cette question en groupe et non par pays.

Le Groupe de la CEDEAO se penchera également sur d’autres sujets comme les questions économiques, sécuritaires et culturelles.

Par ailleurs, sur les questions économiques, il est important de noter que les pays de la MANO RIVER Union (Guinée, Liberia, Sierra Léone et la Côte d’Ivoire), travaillent déjà sur une idée de projet de chemin de fer Conakry – Saint Pedros (Côte d’Ivoire via Sierra Léone et Liberia sur une distance de 1 135 Km.  Une première présentation du projet a eu lieu à l’Ambassade de Sierra Leone le 2 juillet dernier. Ce projet de chemin de fer s’il se realise contribuera à développer plusieurs secteurs d’activités. Selon les données de la Banque Mondiale, en 2011 les quatre pays réunis avaient un PIB de 33 milliards de dollars USD. La réalisation de chemin de fer contribuera à développer les échanges commerciaux et développer le potentiel minier de ces différents pays. 

Les experts des Ambassades des quatre pays se réuniront prochainement pour discuter des détails pratiques du projet. Dans les prochains mois, les Ambassadeurs des quatre pays feront des plaidoyers auprès du Gouvernement américain pour que le projet bénéficie des ressources de la nouvelle initiative américaine « Prosper Africa », un fonds de plusieurs milliards de dollars américain pour le financement de projets publics et privés en Afrique en partenariat avec le secteur privé américain.

 

Africaguinee.com

Créé le Mardi 09 juillet 2019 à 15:38