Bantama Sow : « Tout le monde va s’expliquer… »

CAN 2019
Sanoussi Bantama Sowoussi Bantama Sow, ministre guinéen des Sports
Sanoussi Bantama Sowoussi Bantama Sow, ministre guinéen des Sports

CONAKRY- La Guinée va t-elle limoger son entraineur Paul Put après son élimination ce dimanche par l’Algérie ? Comment le Ministère des sports compte-t-il tirer les leçons de cette humiliation à la phase finale de la coupe d’Afrique des Nations ? Le Ministre Sanoussi Bantama Sow vient de lever un coin du voile sur la suite qui va être donnée à cette élimination des poulains de Paul Put à ce stade de la compétition. Le Ministre Sow s’est confié en exclusivité à notre rédaction…

 

AFRICAGUINEE.COM : La Guinée a été éliminée ce dimanche 7 juillet 2019 par l’Algérie. Quelle est votre réaction ? 

SANOUSSI BANTAMA SOW :Au nom de Monsieur le Président de la République et du Gouvernement, je remercie l’ensemble du peuple de Guinée pour le soutien apporté au Sily National. On a vu depuis le démarrage de la compétition partout sur l’étendue du territoire national, le peuple est resté mobilisé comme un seul homme pour soutenir le Syli national. Mais honnêtement c’est une déception. Nous avons été déçus parce qu’on ne s’attendait pas à ce résultat. Dès après le tirage aux sorts, nous au ministère dans nos calculs on disait que la Guinée occupait la tête du groupe. Mais voilà ce que la compétition nous a réservé. Aujourd’hui nous avons quitté la compétition sur un score de 3 buts à 0. C’est vraiment une déception et je suis convaincu que la déception est générale. 

Qu’est-ce qui n’a pas marché selon vous ?

Pour le moment je ne peux pas dire ce qui n’a pas marché parce que je ne suis pas technicien. Je suis politique. Je mène la politique gouvernementale dans le domaine du sport et moi je suis à Conakry. Il y a un chef de mission que j’ai désigné qui est le Secrétaire Général du ministère et j’attends le retour de l’équipe pour que nous situions les responsabilités et prendre les décisions qui s’imposent.

A quoi devrait-on s’attendre comme décision immédiate ?

Dans les minutes qui suivent il y aura une réunion qui va regrouper le ministère, la fédération, le staff technique et l’équipe.  C’était pour prendre des décisions mais j’ai demandé à mon représentant et au Président de la fédération de sursoir à toute prise de décision précipitée. Parce qu’il faut éviter que les gens disent que la faute provient de tel ou tel. J’ai demandé à ce que l’équipe rentre plus rapidement, d’ici mercredi ou jeudi et je vais recevoir le rapport de la fédération, le rapport de l’entraineur qui va expliquer pourquoi cette débâcle, et le rapport du chef de mission représentant de l’Etat. Tout le monde va s’expliquer. A partir de ces différents rapports nous allons situer les responsabilités et s’il y a des sanctions à prendre nous n’hésiterons pas parce que nous n’allons plus continuer à accepter que l’Etat mette des moyens colossaux à la disposition des gens et que ça ne marche pas. 

Beaucoup estiment que le sélectionneur de l’équipe Paul Put est sur une chaise éjectable. Qu’en dites-vous ? 

Pour le moment je ne vais rien dire. Comme je l’ai dit, j’attends les rapports de l’entraineur. Il faudrait que l’entraineur nous explique pourquoi cette situation. La Fédération aussi qui gère l’entraineur va nous donner des explications. Le représentant de l’Etat qui est là-bas, qui est le chef de la mission va également nous faire le compte rendu, et là, à tête reposée, nous allons situer les responsabilités et s’il y a des sanctions nous n’hésiterons pas à les prendre.

Que répondez-vous à ceux qui estiment qu’il n’y a pas eu assez de transparence dans la gestion des fonds alloués au Syli national ?

Il y a eu la transparence. Ceux qui disent qu’il n’y a pas eu transparence cherchent autre chose. D’ailleurs les journalistes qui parlent de moyens colossaux sont des gens qui n’ont pas eu l’opportunité d’aller en Egypte. Le ministère n’est pas obligé d’envoyer un journaliste à la compétition africaine. Les journalistes sont pris en charge par le ministère de la communication, chacun doit jouer son rôle et nous on a fait beaucoup d’efforts. On a envoyé beaucoup de personnes. Maintenant si les gens sont frustrés, ils publient des articles parce qu’ils n’ont pas été choisis pour aller en Egypte. Moi de mon côté je suis serin et au moment venu nous ferons un compte-rendu mais je vous dis aujourd’hui que le sport ne marche sans les moyens. Il faut les moyens. Le sport coûte excessivement cher. Mais ce qui est dommage en Guinée quand tu ne mets pas les moyens on dit que l’Etat ne met pas les moyens. Quand on met les moyens on dit on a mis les moyens et il y a eu ça et ça. Mais ceux qui pensent qu’ils auront la tête de quelqu’un se trompent. Je vous apprends d’ailleurs qu’il y a eu une commission interministérielle qui a été créée par le Premier Ministre au sein de laquelle le ministère des finances a un représentant, le ministère du budget, la Primature et la Banque Centrale. C’est cette commission qui a travaillé sur tout le budget. Donc s’il y a des journalistes tapis dans l’ombre qui pensent qu’ils auront Bantama parce que Bantama n’a pas pu les faire voyager ils se trompent. Au moment venu, en tant que responsable de la tutelle je ferais le compte rendu, la fédération, le comité, le comité de soutien que nous avons créé présidé par Maturin, chacun fera son compte rendu dans la transparence ça, je le promets au peuple de Guinée.

 

Entretien réalisé par SOUARE Mamadou Hassimiou

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 11

Créé le Lundi 08 juillet 2019 à 19:11