Kankan : à la rencontre d’Abou Kourouma, un sourd muet qui est maître Karaté…

Insolite

KANKAN-Abou Kourouma est un sourd muet qui sort de l’ordinaire. Résidant dans le village de Kobikoro dans la sous-préfecture de Ballandou située à 6 kilomètres de la commune urbaine de Kankan, ce sourd-muet est doté d’un don inouï. Il est à la fois vulcarisateur, électricien, mais aussi maître formateur en karaté. Il dispose d’une ceinture noire et deux ceintures rouges. Même des gendarmes et des militaires viennent suivre des cours de perfectionnement chez lui. 

C’est rare de voir un sourd-muet comme Abou Kourouma. Il gère et influence positivement son entourage. Nous l'avons rencontré dans son garage situé en face de la direction préfectorale de l'Education de Kankan. Il répare chaque jour une vingtaine de pneus de motos et de voitures. C'est à travers un interprète de signes que la rédaction d’Africaguinee.com  a pu avoir des informations sur son parcours  et sa vie actuelle.

Notre interprète, Lamine Condé mécanicien de profession explique qu’Abou Korouma a appris son métier de pneumatique pendant un an (1) trois (3) mois à Badala (gare voiture de Kankan), avant d'ouvrir son atelier en fin 2017. A la fin de sa formation, l'un de ses frères lui a acheté un compresseur de pneu pour lui permettre d'ouvrir son atelier.

A la question de savoir comment il travaille avec ses clients, le sourd muet répond en indexant un banc sur lequel étaient assis des clients. Il dit les prix du service demandé en faisant signe des doigts. Par exemple pour pomper un pneu de moto c'est un (1) doigt qui signifie mille francs, alors que si c’est une voiture, c’est 2000 Gnf. Réparer une crevaison, c’est 3 000 pour une moto. Un pneu d’une voiture c’est 5 000. Il explique tout ce processus en faisant des signes avec ses doigts. 

Placé au bord de la route, son atelier attire des centaines de clients par jour. Abdoulaye Fofana est l’un des clients d’Abou Kourouma.

" C'est mon vulcanisateur préféré parce que lui, il ne parle pas. Dès que tu viens, il fait ton travail vite et bien. Quant tu envoies ta moto, il démonte le pneu, il colle puis il remonte vite tandis que d'autres ce n’est pas le cas. Abou est vraiment un pro", témoigne ce jeune client d’Abou Kourouma. 

Mariée à une femme et père de deux enfants, Abou Kourouma nourrit dignement sa famille à travers son travail. En plus de son métier de vulcanisateur, il est également électricien même s’il n’exerce que rarement cette profession.

« C'est un électricien de qualité », confié Kaba Mara chauffeur venu réparer le pneu de sa voiture. " Un ami qui m'avait dit que c’est un électricien mais j'ai douté un peu. Finalement, il a fait pour moi une installation électrique au quartier Gare cité. Les files, les disjoncteurs, les multiprises… depuis qu’il m’a fait cette installation, je n'ai pas eu de problèmes de courants ", témoigne M. Kaba. 

En plus de ces deux qualifications, Abou Kourouma  est également un karatéka. Il enseigne le karaté même à des  gendarmes et des militaires. Il confie avoir suivi treize (13) ans de formations. Aujourd’hui, il a une ceinture noire et deux rouges. « Il forme des gendarmes, des militaires qui viennent le voir pour renforcer leurs compétences », confie un de ses proches.

 

De Kankan, Amadou Oury Souaré

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 656 44 26 28

Créé le Jeudi 20 juin 2019 à 11:47

TAGS