Rapatriement en Allemagne : des guinéens « vendus » par leur Consul ?

Rapatriement de guinéens vivant en Allemagne

BERLIN-Plusieurs guinéens qui vivaient en Allemagne ont été rapatriés vers Conakry ce mercredi 12 juin 2019. Au nombre de (9), ces ressortissants guinéens ont vécu plusieurs années dans ce pays européen avant d’être déportés à bord d’un avion charter vers leur pays d’origine. Ils ont été escortés par la police jusqu’à leur descente à l’aéroport de Conakry. 

Ces rapatriés accusent le consul guinéen basé en Allemagne d’avoir délivré des laissez-passer ainsi que des titres de voyage contre de l’argent aux services de l’immigration allemande sans même les prévenir. D’autres compatriotes en situation irrégulière en Allemagne craignent le même sort. 

« Ces guinéens expulsés étaient vraiment l’espoir de leurs familles malgré leur situation irrégulière. Un de nos compatriotes avait même  pris un avocat pour ces guinéens pour leur éviter le rapatriement. Malheureusement, l’ambassade avait déjà donné les documents de voyage. Les craintes sont énormes chez les guinéens vivant ici. Selon les informations que nous avons reçues, il y a au moins 40.000 guinéens sur le territoire allemand, mais 4 000d’entre eux sont menacés d’expulsion dont 3 000 dans l’immédiat. Tout dépend de l’ambassade de Guinée, si elle signe les documents de voyage, c’est foutu pour eux. L’Etat guinéen doit refuser ça. Il doit même refuser l’atterrissage d’un avion ramenant des migrants à Conakry. Le retour au pays n’est profitable à personne, ni aux familles ni à l’Etat », craint B.T vivant en Allemagne.

A.M.D a vécu 16 ans en Allemagne avant d’être arrêté et rapatrié en Guinée le mercredi 12 juin 2019 avec d’autres guinéens à bord d’un charter. 

« Les allemands ont pu nous rapatrier parce qu’ils ont obtenu des laissez-passer au consulat de Guinée en Allemagne. Ces documents ont été délivrés secrètement entre le service de l’immigration et le consul. Jamais nous n’avons été envoyés devant l’ambassade pour une identification. Le consul aussi n’a pas cherché à nous rencontrer pour voir si nous avons des documents qui prouvent que nous sommes guinéens avant de délivrer des laissez-passer. L’immigration est allée payer les documents  nous concernant avec le consul. C’est après que l’immigration a cherché à mettre main sur nous pour nous rapatrier .Le droit de rapatriement a été violé par les autorités Allemandes parce que nous sommes ramenés dans un avion charter rempli de policiers. Chacun de nous avait 3 à 4 policiers qui le surveillaient dans l’avion. Si un charter de policiers atterrit à Conakry, c’est qu’il a obtenu l’autorisation sinon il ne pouvait pas. C’est parce qu’on nous a vendus comme des gâteaux au consulat guinéen. Le consul nous a vendu pour gagner quelque chose. Sans ces laissez-passer on ne pouvait pas nous ramener en Guinée », dénonce ce jeune rapatrié. 

La chaine de solidarité vis-à-vis des sans papiers guinéens s’active. C’est dans ce cadre que des guinéens se mobilisent pour appuyer ceux qui sont en situation irrégulière en leur trouvant des avocats pour assurer leur défense. 

 

«  Ceux qui sont rapatriés sont déjà partis, mais il faut protéger ceux qui sont là au moins. Il ne faut pas les voir en personne mais leurs familles restées au pays qui ne comptent que sur eux. Chaque migrant nourrit aux moins 10 personnes au pays. Je connais deux parmi eux, l’un a même un enfant ici. Il avait fait 2 mois de détention avant d’être expulsé mercredi. Un avocat m’a fait savoir qu’une délégation guinéenne est attendue ici à partir du mois prochain dans le cadre de l’identification des compatriotes en vue de leur retour au pays. Ce qui implique la délivrance d’autres laissez-passer encore contre le gré des concernés. Quel que soit l’argument dont dispose ton avocat si les représentants de l’Etat te vendent, tu n’as aucune chance d’échapper au rapatriement », s’inquiète M.A.D. 

A.M.D installé déjà dans sa famille à Conakry invite la Guinée à s’inspirer des autres Etats qui défendent et protègent leurs ressortissants. 

 

« Tous les guinéens qui sont en situation irrégulière en Allemagne sont menacés d’expulsion présentement. Seuls les  Guinéens sont victimes de trafic parce que l’immigration peut obtenir un laissez-passer là-bas. Les autres ambassades si un document est envoyé chez eux pour demander un titre de voyage pour des personnes, leur représentation diplomatique exige que ces gens soient envoyés afin qu’ils soient interrogés dans le but de savoir s’ils sont de leurs pays. Jamais ils ne délivrent un laissez-passer sans voir la personne. (…)  Tous les Etats du monde défendent et protègent leurs citoyens d’où qu’ils soient. J’ai vécu 16 ans en Allemagne, je n’étais pas en situation régulière là-bas mais le droit de l’immigration Allemand ne permettait pas que je sois rapatrié. Si nous étions partis devant un tribunal pour que j’explique mon intégration et la petite formation  faite et que je travaille même, mon avocat allait avoir beaucoup d’arguments pour me défendre, mais nous n’avons pas eu le temps de nous défendre devant un tribunal administratif. Parce que le laissez-passer était obtenu déjà. Seule la Guinée revend ses concitoyens.  

 

Or, on sait combien de fois les guinéens se cherchent pour assurer la quotidien familial. Si l’espoir était en Guinée, un étudiant qui a terminé les études n’allait pas tenter l’aventure par la mer pour arriver en Europe. Un diplômé de l’Université est un cadre supérieur, si celui-là sacrifie sa vie en mer c’est parce que l’espoir n’y est plus. L’immigration ne  peut rien sans laissez-passer, donc nous sommes victimes de notre consul  qui nous a vendus comme des gâteaux. Chaque année ou tous les 2 ans une délégation guinéenne composée des ministères de la sécurité et des affaires étrangères vient en Allemagne ou en Suisse pour vendre des guinéens en délivrant des laissez-passer, cela depuis au temps de Conté ça se fait »regrette ce jeune rapatrié. 

 

Joint par notre rédaction pour répondre de ces accusations, le Consul Aboubacar Bangoura n’a pas souhaité faire de commentaire. Il nous suggéré d’entrer en contact avec les Ministères de la sécurité et de la protection civile et des Affaires Etrangères. Mais à ce niveau aussi, c’est le black-out. Saitiou Barry, cadre la direction des guinéens de l’étranger que nous avons interrogé a indiqué qu’il n’est pas informé de ces rapatriements. 

 

Alpha Ousmane Bah(AOB)

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 664 93 45 45

Créé le Samedi 15 juin 2019 à 12:17