Saloum Cissé titille l’opposition : « ceux qui parlent aujourd’hui… »

Interview
Saloum Cissé
Saloum Cissé

CONAKRY- Le Secrétaire Général du RPG arc-en-ciel sort de son mutisme.  Saloum Cissé s’est prononcé sur le débat en cours concernant la nouvelle constitution. Ce haut cadre du parti au pouvoir revient également sur la liste publiée par le front contre un troisième mandat pour Alpha Condé. 

 

AFRICAGUINEE.COM : Que pensez-vous de la fameuse liste que le FNDC vient de publier ?

SALOUM CISSE : Je n’ai pas de jugement de valeur au niveau de cette liste. Vous savez chaque personne a son rôle dans la société. On ne peut pas se mettre à juger les Hommes en fonction de leurs inspirations personnelles.  Je pense qu’il y a les instances spécialisées en la matière, il faut qu’on laisse ces instances faire leur travail.  

Comment le RPG prépare-t-il la campagne pour le référendum ? 

Le RPG-arc-en-ciel se base sur les textes de lois, parce que cette constitution c’est une constitution de consensus. Elle n’a jamais été soumise à un vote au niveau d’un Parlement ni au niveau du peuple de Guinée. Pour moi, il faut nécessairement soumettre cette constitution à la volonté du peuple pour savoir si elle peut être consommable pour ce peuple oui ou non. Donc, c’est un impératif, il faut nécessairement qu’on ait une nouvelle constitution.

Qu’est-ce qui explique votre soutien à ce projet ? 

Je suis pour une nouvelle constitution, en ce sens qu’il y a beaucoup d’articles dans la nomenclature de la constitution actuelle qui sont dépassés.  J’ai toujours dit qu’il faut une constitution dynamique qui évolue en fonction des réalités sociopolitiques du pays. Et là des choses changent surtout après dix ans. Je pense que nous devrions apporter des améliorations significatives pour qu’elle soit une constitution qui répond à l’aspiration profonde de l’ensemble des guinéens. 

Quelles améliorations devrait-on apporter dans la nouvelle Constitution ?

 Je ne suis pas constitutionnaliste, tout ce que je sais, il y a beaucoup d’articles que j’ai cités dans l’un de mes écrits que je vais vous communiquer plus tard.  Ces différents points prouvent à suffisance que c’est une constitution qui mérite des améliorations. 

Peut-on envisager le couplage des élections législatives au referendum ?

Je ne peux pas me déterminer sur cette question. C’est le Gouvernement qui peut se déterminer parce c’est lui qui finance les élections, qui évalue le processus. C’est lui qui sait quand les élections auront lieu au niveau législatif et au niveau présidentiel.

En début du second mandat du président Alpha Condé, vous aviez déclaré que le RPG voulait bien garder le pouvoir après 2020 mais avec un autre pas Alpha Condé. Maintenez-vous cette position ?

 C’est la loi qui le dit, pas moi.  C’est la loi qui a dit deux mandats et je n’ai fait qu’interpréter la loi. Je maintiens toujours ma position. La loi dit deux mandats donc, nécessairement il faut être dans l’esprit de la loi. 

Aujourd’hui, certains observateurs accusent Alpha Condé de trahir l’idéal pour lequel il s’est battu pendant 40 ans. Qu’en dites-vous ?

Dans quel sens il a trahi ?  Je ne sais pas et je ne vois pas le sens de sa trahison, parce qu’il est toujours dans la logique de la démocratie en Guinée. Peut-être tout le monde ne peut pas trouver son compte dans le processus de gestion de la nation, mais ce qui est sûr, il a fait ce qu’il pouvait et il continue de le faire. 

 Votre mot de la fin ? 

Je fais un appel solennel à l’ensemble de la classe politique guinéenne d’être responsable, d’éviter la passion politique. La passion politique ne rime à rien. Ce qu’il faut, quand le problème est posé, analysons le avec sérénité, responsabilité et ne pas vouloir une position de va-t-en-guerre, ça ne sert à rien. Ceux qui parlent aujourd’hui sur l’échiquier politique, c’est des messieurs qui ont géré ce pays. Et nous savons dans quel contexte ils ont géré ce pays. Alors, si on avait fait l’état des lieux avant pour voir qui a fait quoi, nous ne serions pas là. 

Mais comme le Professeur Alpha Condé c’est un patriote, ce qui l’a intéressé c’est la cause commune. Et il se bat pour cette cause commune, qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas de toutes les façons, ce qu’il a fait au niveau des régions administratives ce sont des actes très significatifs.   Et mon souhait est que l’élan économique qu’il a amorcé soit vraiment un élan à la satisfaction de l’ensemble des citoyens guinéens. Voilà mon vœu le plus ardent.  

 

Interview par Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

Créé le Mercredi 12 juin 2019 à 16:51