Belgique : comment Issagha Barry a trouvé la mort…

Diaspora
Feu Issagha Barry
Feu Issagha Barry

Issagha Barry, un guinéen père de 4 enfants vivant en Belgique depuis plusieurs années a trouvé la mort dans des circonstances tragiques. Sa mort défraie la chronique sur les réseaux sociaux. Certains accusent son ex-femme de l’avoir tué alors que d’autres évoquent la thèse du suicide. Que s’est-il passé ? Comment Issagha Barry a-t-il trouvé la mort ?

Africaguinee.com a réussi à entrer en contact avec certains proches du défunt qui ont expliqué les circonstances dans lesquelles ce guinéen a trouvé la mort. Mme Diallo Aissatou Bah sœur de la victime indique que son frère s’est suicidé la veille de la fête de ramadan après avoir poignardé sa voisine blanche qui avait témoigné contre lui lors de son procès avec son ex-femme qui l’a quitté avec ses enfants. L’acte a eu lieu dans la ville de Mol quartier, Mire aout en Belgique.

« Le défunt est mon frère cousin, c’est un grand-frère à moi. Je voulais intervenir sur les réseaux sociaux mais je me suis dit qu’il faut un canal sérieux et crédible pour situer l’opinion. Ce frère vivait en Belgique depuis des années. Je suis allée chez lui quand  j’étais nouvellement venue en Europe en Allemagne précisément. À mon arrivée en Allemagne je suis allée le rencontrer en Belgique, à cette époque il était marié à une femme blanche. J’ai trouvé que c’était le chaos entre lui et sa femme ils avaient un enfant de 3 mois. Finalement ils ont divorcé, la garde de l’enfant est revenue au frère. Cette femme blanche aussi avait attendu que son mari parte au travail avant de prendre ses affaires et son enfant pour partir parce que c’était chaud pour elle. En principe ici en Europe si ça ne va pas, c’est le Monsieur qui quitte la famille mais si la femme elle-même décide de partir cela veut dire qu’elle ne supporte plus et qu’elle est arrivée  face à un danger énorme. Son premier foyer s’est terminé comme ça.

Le frère est resté avec sa fille, il allait de temps en temps en Afrique avec la fille. C’est entre temps sa mère qui est la grande sœur à ma mère lui a proposé en mariage une fille de quartier à Conakry, il a épousé cette fille ils sont venus ensemble en Belgique. Au début tout allait bien. La fille a fait 3 enfants pour lui mais l’enfer commençait pour elle. Je précise que c’est mon frère que Dieu le pardonne mais c’était chaud pour sa femme, elle n’avait pas la paix du cœur. Même son frère de lait qui vit aux USA a appelé en Guinée pour dire à une de nos sœurs que Issagha ne laisse pas sa femme tranquille, qu’elle souffrait vraiment. C’est resté comme ça.

Mais vous savez ici en Europe même si ton mari te frappe ou te maltraite tu décides de le couvrir parce que c’est le père de tes enfants mais s’il continue le voisinage va informer la police et le plus souvent les voisions sont prêts à témoigner.

Finalement il a divorcé avec sa femme guinéenne aussi. C’est la justice qui était entre eux maintenant. Leurs voisins c’était un couple blanc, la femme est allée témoigner à la justice que Issagha rentre tard la nuit et bastonne sa femme qu’ils font souvent des interventions pour les séparer. Cette voisine a expliqué tout ce que la femme subit de la part de son mari. La justice a tranché, la femme est restée avec les enfants et sont partis dans un autre quartier. Mon cousin  n’avait  droit à voir les enfants que quelques heures. Mais un jour il s’est retourné contre sa voisine qui avait témoigné contre lui en justice.

Je ne sais pas ce qui s’est passé entre eux réellement parce que cette femme est gravement blessée et hospitalisée, personne ne sait si elle survivra ou pas. Mais le frère a appelé sa mère ici deux jours avant de se suicider. Il a averti sa mère qu’il  mettra fin à ses jours, la mère l’a plaidé en vain. Qu’est-ce qu’il a fait à la veille de la fête de ramadan ? il est venu garer sa voiture près de la maison de sa voisine, il est resté là à attendre jusqu’à ce que le mari de la femme blanche sort pour le travail, il gare devant sa porte il klaxonne la femme sort voir de quoi il s’agit, il poignarde la femme plusieurs fois sur le corps, la femme est tombée.  

Son objectif était de tuer la femme avant de se suicider. Une fois que la femme est tombée pensant qu’elle est morte, il est rentré chez lui pour se suicider. La police est venue pour conduire la femme à l’hôpital et lui ils ont pris corps pour l’envoyer à la morgue. C’est le jour de la fête que nous avons été informés que le frère Issagha Barry s’est suicidé le lundi 3 juin 2019 c’est à la veille de la fête.

Toute la famille a été informée de sa mort ainsi, c’est comme ça que j’ai reçu un coup de téléphone m’informant du suicide. Même son ex-femme  a été informée de la même façon que nous que le père de ses enfants est mort. Après tout ça, certains membres de notre famille tiennent un langage comme quoi c’est à cause de son ex-femme qu’il a trouvé la mort ou bien c’est elle qui l’a tué. C’est loin de là.  Le mariage et le divorce sont constitutifs de la vie.  Même en Afrique chez nous des amis se marient et divorcent après avoir fait plusieurs enfants, mais personne ne se donne comme objectif de mettre fin à ses jours. On accuse son ex-femme pour rien ils ne vivent même pas ensemble. C’est des conneries c’est du n’importe quoi.

Certains ont écrit des choses sur les réseaux sociaux et les gens suivent et font des post sans savoir de quoi il s’agit réellement. Ce n’est pas son ex-femme qui l’a tué. J’ai peur même que les gens qui défendent les femmes sur les réseaux cherchent à donner la parole à la femme afin qu’elles racontent la vie du couple avec son mari, si elle raconte tout ce qu’elle a subi avec les violences et tout ça ne va pas honorer notre famille. Ce n’est pas bien tout ça ».

Ce témoignage met ainsi fin aux folles qui  avaient la gagné la toile indiquant qu’une femme a tué son mari aux USA.

Alpha Ousmane Bah(AOB)

Pour Africaguinee.com

Tel. (+224) 664 93 45 45

Créé le Mardi 11 juin 2019 à 23:37

TAGS