Fria : Makhissa Camara satisfait de la résolution de la crise…

Crise à Fria
Aboubacar Makhissa Camara, DG  DNI
Aboubacar Makhissa Camara, DG DNI

FRIA-Le directeur national des impôts est satisfait de la résolution de la crise à Fria. Cette accalmie a été rendue possible grâce à l’implication des ressortissants, des imams, des autorités locales de Fria.

Après deux jours de négociation entre la délégation des ressortissants conduite par Aboubacar Makhissa Camara et les femmes manifestantes, une solution a été trouvée. Les manifestantes ont accepté de lever leur sit-in devant la préfecture. Mais il s’agit d’un calme précaire puisque les femmes exigent toujours le départ immédiat de la préfète Gnalen Condé.

Au domicile du Sotikémo de Fria, Aboubacar Makhissa Camara a salué les efforts conjugués de tous ceux qui ont participé à la décrispation de cette crise.

« Fria est une parcelle de la Guinée, les fils de Fria sont aussi les fils de Guinée donc ce que nous faisons  est tout à fait logique. Hier, il y avait la présence de tout le monde, ce n’est pas ma présence seulement qui a fait que la crise a été levée, il y avait le Sotikèmo, les chefs de quartier, la délégation du gouvernorat de Boké et il y avait aussi monsieur le Maire de Fria et tant d’autres autres autorités. Ce sont les efforts conjugués qui ont abouti à cette conclusion.Je n’oublie pas la contribution immense de mon frère Macka Traoré qui est venu avant moi et qui a fait un boulot formidable. Tout cela a contribué à cette solution », a salué  le directeur national des impôts.

Voyant toujours la détermination ferme des femmes de Fria de voir partir la Préfète Gnalen Condé, Aboubacar Makhissa Camara a invité les manifestantes à écouter désormais les autorités. Selon lui, on ne peut pas forcer un chef à agir.

« Nous allons continuer à travailler avec les femmes, je ne pense pas qu’elles vont revenir sur le terrain.Parce que quand une personne exprime son souci et qu’en face vous avez toute la communauté qui se mobilise pour venir vers vous pour vous demander de vous calmer, en tant que musulman, vous devez comprendre cela. Et puis on ne peut pas forcer un chef à agir, il faut le laisser dans sa liberté, c’est lui l’autorité, c’est à lui de prendre la décision qui lui revient de droit. Il faut respecter l’autorité de l’Etat et c’est ce que nous sommes en train de défendre dans cette démarche-là mais aussi faire en sorte que les femmes ne se sentent pas brimées dans leurs droits et leurs devoirs d’agir. Franchement nous sommes satisfaits de la résolution de cette crise et nous allons continuer à intervenir auprès de toutes les sensibilités pour que Fria ne retombe plus dans cette situation-là parce qu’elle ne correspond pas à l’image et à la valeur de cette ville », a-t-il ajouté.

Le Maire de la Commune urbaine de Fria Elhadj Lansana Boffa Camara se dit heureux de voir grâce à l’implication des ressortissants de Fria basés à Conakry qu’une sortie de crise soit trouvée.

« Je peux vous dire qu’aujourd’hui il y a une sortie heureuse de la crise, une crise qui a voulu ébranler un peu les esprits à Fria. Mais dès après l'intervention des ressortissants de Fria basés à Conakry, il y a eu la paix, pour preuve, on est tous réunit pour qu'on se dise les choses qu'il faut.Donc dans ces conditions je dirai qu’il y a eu une sortie de crise. On s'est entendu qu'on écoute la réaction de l'autorité, puisque les plaintes des femmes sont allées jusqu'au niveau des autorités compétentes, donc il ne reste plus qu'à écouter la réaction des autorités. Donc nous appelons au calme et j'ai l'espoir qu'il y aura l’accalmie », a réagi le Maire de Fria.

Oumar Bady Diallo

Envoyé spécial d’Africaguinee.com à Fria

Tel : (00224) 666 134 023

Créé le Dimanche 09 juin 2019 à 15:19

TAGS