Inédit : Donné pour mort, un homme réapparait 35 ans après sa disparition…

Labé

LABE- L’histoire est inédite ! Mody Mamadou Saidou Diallo, perdue de vue par sa famille depuis 35 ans et donné pour mort vient d’être retrouvé. Dans sa famille, c’est la joie mêlée d’émotions. Certains de ses proches ont encore du mal à croire. Et pourtant, Mamadou Saidou Diallo sorti très jeune dans son village Daassikoyè (sous-préfecture de Dalein) est bien vivant. Il avait été donné pour mort du côté de Mamou il y a un bon moment. Sa famille s’y était même rendue pour les condoléances, bien que n’ayant aucune preuve matérielle de son décès. En réalité, il s’agissait d’une personne qui portait le même nom qui serait originaire de Labé. 

C’est au début du mois d’Avril 2019 que Mody Saidou a été retrouvé dans une localité située en Gambie. Comment ? Par la magie des réseaux sociaux. A travers une interview réalisée et publiée par un jeune guinéen sur sa page Fouta Kamen (Fouta chez nous), la famille s’est rendue compte que Mody Saidou est bien vivant. Aujourd’hui, il a la soixantaine révolue et a retrouvé sa famille. 

 « J’étais parti en Gambie pour la Ziara de Banssan avec beaucoup de sages du Foutah. C’est dans mes interviews avec certains compatriotes guinéens que j’ai rencontré Mody Mamadou Saidou. Lors de notre entretien, il a parlé de ses origines de Labé, de Dassi précisément dans Dalein, il a parlé de certains de ses parents avant de parler d’autres. C’est quand j’ai publié la vidéo le 2 Avril 2019 sur ma page que certains de ses parents m’ont appelé avec une joie immense de savoir qu’il vit encore en  Gambie. La famille est partie le ramener il y a quelques jours en Guinée »a expliqué Alpha Laafou Matakaou l’auteur de l’interview vidéo et l’administrateur de la page Fouta kamen. 

C’est un homme presque étranger à sa famille et à tout son village qui est fraichement rentré au bercail. Son histoire est particulière. Sorti de sa famille jeune entre 1983-1984, il s’est d’abord installé en Centrafrique où il a marié une peulhe d’origine soudanaise. Avec elle, il a eu des enfants. Mais la guerre ethnico-religieux qui a déchiré ce pays, ils se sont séparés. Mody Saidou et venu s’installer en Gambie loin du cercle familial. Aucun  de ses parents ne savait où il était. 

Récemment à travers des photos d’un défunt publiées à Mamou dans le but de retrouver les proches, les parents de Mody Saidou de Dalein ont cru que c’était leur proche disparu depuis 35 ans. Bien que  n’ayant pas vu le corps, ils  se sont contentés  juste d’accepter que le défunt de Mamou était le leur. Son retour enchante la famille. 

« Nous sommes contents notre parent a été ramené au village il y a moins d’une semaine. Il n’est pas venu avec une famille. C’est un jeune qui était sorti de la famille, particulièrement je ne le connaissais pas comme beaucoup d’autres membres de la famille. Je n’étais pas né au moment où il a quitté le village. Il y a quelques mois  nous avions reçu des informations liées à son décès du coté de Mamou mais on vient de nous rendre compte que ce n’était pas lui, mais la photo qu’on avait présentée et le nom du village on pensait qu’il vivait à Mamou. C’est sa déclaration dans la vidéo qui nous a fait savoir que c’est bel et bien lui. Il vivait en Gambie depuis tout ce temps. Il n’y a pas de confusion c’est bien lui c’est pourquoi la famille est partie le chercher » a expliqué un de ses neveux.  

Mody Hassimiou Diallo, 64 ans grand-frère du « revenant » explique les circonstances dans lesquelles ils ont levé l’équivoque : « nous sommes revenus de la Gambie il y a juste 5 jours pour ramener notre frère ici à Labé. Nous avons compris que celui pour lequel nous étions partis à Mamou n’était pas notre frère c’était juste une confusion. Seul Dieu peut faire une chose pareille. Quand mon jeune-frère a quitté, il était célibataire. Nous n’avions aucune nouvelle de lui depuis 35 ans. Il y a une famille à Bantamaya Mamou qu’on avait attribuée à celle de mon frère qui serait décédé. (…) Actuellement, c’est moi qui assure les charges de cette famille du côté de Mamou. En fait après l’avoir recherché partout, un jour des gens nous ont informé que quelqu’un décédé à Bantamaya pourrait être notre frère disparu. Nous nous sommes rendus dans la zone. À notre arrivée les voisions ont dit qu’on se rassemblait donc nous sommes arrivés à la conclusion que c’était lui. La femme et l’enfant que le défunt a laissé nous ont été rendus y compris la maison. J’ai amené la femme et son enfant à Dalein afin qu’ils fassent connaissance avec la famille, après ils sont rentrés à Mamou. Certains voulaient même que je remarie la femme mais heureusement j’ai gardé la prudence. Hier mardi nous avons appelé à Mamou pour les informer que nous avons retrouvé notre parent qui est en vie. Donc le défunt de Bantamayah n’était pas le nôtre, donc la famille de Mamou n’était pas aussi celle de mon frère. J’informerai la femme aussi tout de suite que son défunt mari n’était mon frère, mais de toute façon un lien est déjà entre nous », a expliqué le grand frère de Mody Saidou. 

Le « revenant » est aussi tout joyeux de revoir les siens. Mais son père et sa mère ne sont plus de ce monde. Il dit avoir vécu en Centrafrique où il s’est séparé avec sa famille suite à la guerre entre Seleka et anti Balaka. 

«  Je suis le revenant mais je n’étais pas installé en Gambie, c’est récemment que je suis allé là-bas. Durant tout ce temps, j’étais en Centrafrique. Quand j’ai été informé de la Ziara de Bansan, je suis allé quand j’ai appris que certaines personnes viendront du Foutah dont certains de Dalein. C’est comme ça que ma famille m’a vu à la télé. Il y a un peu longtemps que j’ai quitté la Centrafrique à cause de la guerre, nous avons fui la guerre. Je suis rentré chez moi avec toute la joie, tous mes frères et sœurs sont en vie. C’est mon père et ma mère qui sont décédés. Aujourd’hui, je suis âgé de 61 ans. J’ai une famille en Centrafrique c’est le conflit entre Seleka et anti balaka qui nous a dispersés, mes enfants et ma femme sont allés vers la frontière Soudanaise  où se trouve ma belle-famille qui est aussi peulhe éleveur. Mais j’ai l’espoir de les retrouver quand la stabilité reviendra. Je suis heureux d’avoir retrouvé ma famille biologique. On m’avait  donné pour mort, en me confondant à quelqu’un installé à Mamou qui est décédé alors que ce n’était pas moi. Les gens ne font que venir me saluer ici », a expliqué Mody Mamadou Saidou Diallo avec un ton pathétique.

 

Alpha Ousmane Bah (AOB)

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 664 93 45 45

Créé le Jeudi 25 avril 2019 à 14:26

TAGS