Projet de nouvelle Constitution : Les PA vont-ils dissuader les futurs manifestants ?

Politique
le ministre de la Sécurité donnant des instructions au PA à Coonakry
le ministre de la Sécurité donnant des instructions au PA à Coonakry

CONAKRY-Avant d’appeler ses partisans à se préparer à « l’affrontement si nécessaire » et d’annoncer que personne ne l’empêchera de « consulter le peuple », Alpha Condé avait averti qu’il va renforcer les PA (Points d'Appui) dans la capitale. Depuis cette annonce, les sirènes révisionnistes sont devenus de plus en plus bruissantes, avec en toile de fond des réclamations d’une nouvelle constitution. Mais de l’autre côté, les détracteurs de ce projet promettent des actions vigoureuses sur le terrain pour faire avorter ces velléités.

Dans cette confrontation qui s’annonce, l’installation des Points d'Appui (PA), à travers la capitale guinéenne va-t-elle dissuader les protestataires ? Pas sûr ! Si l’ont en croit au front national pour la défense de la Constitution  (FNDC), lancé le mercredi 3 avril 2019. Ce front n’entend pas abdiquer face à ce dispositif mis en place par les autorités pour parer aux risques de troubles dans le pays.

Cette coalition qui rassemble les principales formations politiques d’opposition (UFDG, UFR, BL, PEDN, UDG) et plusieurs organisations de la société civile projette une manifestation ‘’d’envergure’’ les jours et mois à venir. Selon un acteur de la société civile guinéenne, la présence de PA n’altérera  en rien  la volonté de leur mouvement à prendre la rue si la constitution est bafouée. Pour Sékou Koundouno, de la cellule ‘’ Balai Citoyen’’, ces PA n’ont aucun intérêt à leur barrer le chemin puisque c’est n’est pas dans leurs prérogatives.

‘’ Ces postes armées ne nous disent absolument rien dans la mesure où leur mission s’inscrit dans la lutte contre le grand banditisme et la criminalité. Ils n’ont aucun mandat de maintien de l’ordre public,  les unités spécialisées dans ce sens  sont les CMIS, les escadrons mobiles, les groupements de la gendarmerie et les commissariats centraux de police’’, clarifie cet activiste de la société civile guinéenne, au micro d’Africaguinee.com, avant de mettre en garde le gouvernement contre un éventuel changement de la constitution.

‘’Lorsque vous apprendrez que le conseil des ministres ou inter-ministériel est en train d’analyser un projet ou une proposition des lois, sachez à partir de ce jour que le gouvernement guinéen a déclaré la guerre au souverain peuple de Guinée’’ a averti le coordinateur du Balais Citoyen.

Que faut-il faire pour éviter des victimes en cas d'interdiction de manifester ?

 ‘’  Nous n’allons pas dévoiler ici toutes nos stratégies. Mais comme je vous l’ai dit, le jour où le conseil des ministres  ou inter-ministériel examinera un projet de nouvelle Constitution, sachez à partir de ce jour que le gouvernement guinéen aura déclaré la guerre au souverain peuple de Guinée’’ a-t-il averti.

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel: (+224) 655 31 11 13

 

Créé le Dimanche 14 avril 2019 à 19:11