Communales : le parti de Cellou a-t-il tourné la page à Matoto et Kindia ?

Contentieux électoraux
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG

CONAKRY-Le parti de Cellou Dalein Diallo a-t-il tourné la page à Matoto et Kindia, deux communes stratégiques où il a toujours revendiqué la victoire ? Après avoir perdu la bataille électorale dans un cafouillage total, l’union des forces démocratiques de Guinée se tourne vers le terrain judiciaire au niveau national et sous-régional. Selon nos informations, Kalémodou Yansané a déjà saisi la Cour de la CEDEAO à Abuja, alors que Abdoulaye Bah, sa plainte dort toujours dans les tiroirs du tribunal de première instance de Kindia. Mais ils n’entendent pas  lâcher.

 « Nos avocats français nous ont contacté pour nous dire que le dossier a été reçu à Abusa à la cour de la CEDEAO. Les deux avocats nous ont envoyé l’accusé de réception. Nous sommes tenus de respecter nos engagements et nos déclarations  à  savoir la vérité, nous voulons que la vérité soit reconnue (…) », a confié Kalémodou Yansané.  

Il explique que pendant ce temps, ils vont siéger pour ne pas bloquer la Commune. « La commune de Matoto ne peut pas être fermée ou bloquée. Le maire qui est installé là-bas déjà nous consulte sur certaines questions. Nous envoyons parfois les représentants de notre parti qui sont des élus de Matoto pour prendre part aux prises des décisions avec le maire installé. Vous savez à Matoto nous avons le plus gros contingents avec 14 conseillers, le RPG 13, l’UFR 7 et nous sommes élus pour 5 ans. Notre objectif n’est pas de bloquer le système et empêcher les populations de Matoto de vivre. Je ne vous dis pas qu’on siège, mais le maire qui est là-bas nous associe à des prises de  décisions majeures. Pour dire la vérité, on n’est pas absent  parce que nous ne voulons pas bloquer la commune. C’est le minimum qu’on peut faire »a déclaré Kalemodou Yansané joint par un journaliste de notre rédaction.

Par contre à Kindia Abdoulaye Bah a choisi la fermeté. Pour lui, il n’est pas question de côtoyer une équipe qu’il conteste.

« Nous avons déjà porté plainte, le pool d’avocats chargé de la défense de l’UFDG à la tête duquel se trouve Me Salifou Beavogui a déposé une requête en annulation de cette fausse élection  du 15 octobre 2018. La requête a été déposée le 17 octobre 2018 au TPI de Kindia. Le juge Amedi Cheick, président du tribunal n’a pas daigné regarder du tout notre dossier. Ce qui est d’une gravité extrême pour un Etat de droit », explique Abdoulaye Bah.

Il a joute que sur le terrain, il continue à sensibiliser les populations pour qu’elles refusent catégoriquement ce que le pouvoir central a fait contre elles à Kindia.

« L’UFDG ne s’est pas résignée  pour cette fois-ci. Notez bien l’UFDG a raflé 22143 voix sur 48000 et le RPG en a eu difficilement 12000 en trichant, ce qui nous donne 22 conseillers sur 41. Nous allons continuer à lutter et ils ne vont jamais arriver à quoi que ça soit, parce que la population de Kindia n’est pas d’accord.  Le président Cellou Dalein a toujours dit qu’il ne laissera pas Kindia (…) la population de Kindia est toujours avec Abdoulaye Bah et l’UFDG. Cette population refuse de reconnaitre cette fausse mairie avec cette fausse équipe. La situation actuelle à Kindia, c’est l’imbroglio, c’est l’anarchie, c’est le pourrissement de la situation. Nous avons décidé de ne pas nous laisser faire face à des gens qui ne respectent pas la volonté populaire. Nous n’allons pas siéger  parce que la crise politique est grandement ouverte. Nous continuons à contester le faux maire avec la fausse équipe, nous réclamons notre victoire attribuée par la population de Kindia. Nous n’allons pas côtoyer des gens qu’on conteste », a tranché Abdoulaye Bah.

 

Alpha Ousmane Bah(AOB)

Pour africaguinée.com

Tel. (00224) 6664 93 45 45

 

Créé le Samedi 13 avril 2019 à 11:52

TAGS