Kéléfa Sall se confie : « ma nouvelle vie… » (Exclusif)

Politique
Kéléfa Sall, ancien président de la Cour Constitutionnelle
Kéléfa Sall, ancien président de la Cour Constitutionnelle

CONAKRY-Evincé en violation de la Loi à la tête de la Cour Constitutionnelle, Kéléfa Sall vient de briser le silence.  

Interrogé par Africaguinee.com, le magistrat a révélé sa nouvelle vie. M. Sall qui a disparu des radars depuis sa destitution, s’est tourné vers l'écriture. Il est en train de rédiger ses ses mémoires, nous apprend-il. Le magistrat compte mettre bientôt un livre sur le marché dans lequel, il donnera sa part de vérité sur ce qui s’est passé.

 «  Je suis là, j’écris mes mémoires, je suis en train d’écrire un livre pour faire connaitre aux guinéens l’autre pan de l’histoire. A la fin vous trouverez le titre que je donnerai à ce livre » a confié à notre rédaction, le président déchu de la Cour Constitutionnelle.

Kelefa Sall révèle qu’il ne siège plus à la Cour. Pour cause ? Un arrêt de constat d’empêchement définitif de siéger à la Cour a été rendu. Mais cet arrêt est en contradiction avec le communiqué qui annonçait qu’il reste bel et bien membre de la Cour.

« Ils ont dit à travers un arrêt qu’ils constatent mon empêchement définitif (de continuer à siéger à la Cour). Alors si c’est un empêchement définitif, je ne peux plus siéger à la  cour. Ils ne peuvent pas dire ça dans leur arrêt et faire après un communiqué pour dire que je reste  membre de la cour. Il faut qu’ils soient conséquents. Ils ont bien mentionné qu’ils constatent l’empêchement définitif de monsieur Kéléfa Sall. C’est quoi un empêchement définitif ? Soit la personne est inapte pour raison de maladie ou autre chose, mais quand ils constatent ça et faire un communiqué contraire, c’est l’arrêt qui prime sur le communiqué. Voilà c’est tout. Je ne suis pas politique, je suis un magistrat. Mais je parlerai bientôt », a assuré l’ancien président de la Cour Constitutionnelle.

Kéléfa Sall a marqué de son empreinte en étant à la tête de la Cour Constitutionnelle, en ayant le courage de dire au Président Alpha Condé en 2015 de se méfier des "sirènes révisionnistes".

Alpha Ousmane Bah(AOB)

Pour africaguinée.com

Tel: (0024) 664 93 45 45

Créé le Jeudi 11 avril 2019 à 21:01