Guinée: comment enrayer l’épidémie de viol sur les mineurs ?

Viol
Image d'illustration
Image d'illustration

CONAKRY-En Guinée, le phénomène de viol sur les mineurs est devenu inquiétant. Malgré la persistance de ce crime, les autorités n’ont pas encore pris des mesures coercitives adéquates pour l’enrayer. Conscients de son ampleur et surtout des ses effets dévastateurs, certains citoyens qui ont été interrogés par notre rédaction, ont proposé des pistes de solutions.

Bien que la justice prononce des condamnations à l’encontre de certains violeurs, le phénomène persiste dans la société. Les petites filles  sont les plus exposées. Rencontrée à Sangoyah dans la commune de Matoto, une femme propose des journées de sensibilisation. 

«C’est un fléau social qui existe depuis  les années 80.  Mais ces derniers temps, ce fléau ne fait que grimper du jour au lendemain.  Je condamne ces cas avec la dernière énergie, parce que ça détruit la vie des petites filles et des jeunes filles. A bas âge quand tu es violée, cela devient surtout un problème psychique pour toi.  Le viol va se répercuter tout au long de ta vie. Une fois une amie qui a été victime s’est confiée à moi. Elle m’a dit qu’elle a très peur  et qu’elle se demande comment elle va faire le jour où elle va se marier. Parce que tout le temps, c’est la même image qui vient en elle quand un homme la touche. Je pense qu’il faut organiser des journées de sensibilisation sur ce fléau pour dire à bas le viol », affirme Sia Béavogui. 

Pour Zenab Diallo, une mère de famille qui réside au Km36, il faut que les femmes s’impliquent  dans l’éradication de ces viols

« Je demande à nous les mères de prendre soins de nos enfants. Actuellement, il ne faut pas éloigner les yeux sur nos petites filles, même quand elles vont à l’école. Il ne faut pas les abandonner en les laissant se promener seules, » invite madame Zenab Diallo. 

Elle demande au Gouvernement d’aider en œuvrant à ce que les bourreaux qui sont arrêtés soient condamnés. «  Quand on arrête un coupable, on  doit appliquer la loi sur lui pour lui montrer que c’est un crime qu’il a commis », a exigé Zenab Diallo. 

Quant à Alassane Camara, les parents ont un rôle primordial. Selon lui, tout se base sur l’éducation des enfants à la base. Pour cet autre père de famille, c’est l’impunité qui est la cause principale de la flambée du viol sur les mineures en Guinée.

« C’est l’impunité qui fait que les gens prennent goûts à cette pratique. L’Etat doit  jouer fermement son rôle dans cette lutte contre les viols.   Généralement,  les violeurs  c’est des enfants  qui sont élevés sans famille et qui ont évolué comme ça dans la rue.  Il n’y a pas de sentiment familiale pour dire j’ai une sœur. Les parents ont démissionné aujourd’hui, dans l’éducation », a dénoncé ce citoyen qui a requis l’anonymat.

 

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 31 11 14 

Créé le Mercredi 10 avril 2019 à 16:22

TAGS