N'Zérékoré: l'ONG Terre des Hommes s'implique dans l'amélioration de la santé des populations

Publireportage
Lancé officiellement le 14 mars 2018, le projet ReCCLAS a considérablement contribué à l’amélioration de la santé des populations de plusieurs collectivités locales dans la région de N’zérékoré.
Lancé officiellement le 14 mars 2018, le projet ReCCLAS a considérablement contribué à l’amélioration de la santé des populations de plusieurs collectivités locales dans la région de N’zérékoré.

Lancé officiellement le 14 mars 2018, le projet ReCCLAS a considérablement contribué à l’amélioration de la santé des populations de plusieurs collectivités locales dans la région de N’zérékoré.

Dénommé Renforcement de la Collaboration entre les Collectivités Locales et les Autorités Sanitaires (ReCCLAS), ce projet  vise l’amélioration de la santé des populations de la région de Nzérékoré, par la promotion de santé communautaire, la disponibilité et l’utilisation d’un système de santé local de qualité. Il s’étend aujourd’hui sur 25 collectivités issues de 3 préfectures de la région. Il s’agit de :  Nzérékoré, Lola et Beyla.

Piloté par l’ONG ‘’Terre des Hommes’’ avec ses partenaires PRIDE/Guinée et AGIL, le projet ReCCLAS a permis à ce jour de renforcer la concertation et la collaboration entre les directions préfectorales de la santé et les 25 collectivités locales impactées. Ce projet a aussi permis le renforcement des capacités des 25 collectivités afin de soutenir le développement et le fonctionnement du système de santé au niveau local. La promotion de la demande de soins en vue de l’utilisation des structures sanitaires de base par la population est un autre atout de ce projet, ainsi que l’amélioration de la qualité des soins de santé primaires avec un focus sur la santé maternelle et infantile.

ReCCLASS est un projet du Programme d’Appui à la Santé (PASA). Il est financé à hauteur de 2.400.000 euros par l’Union Européenne sur les ressources du 10ème FED (Fond Européen au Développement) et l’Agence Française de Développement (AFD).

Les citoyens bénéficiaires  dudit projet se réjouissent de son impact positif dans le système de santé à la base. Selon des témoignages que nous avons reccueillis, ReCCLAS a apporté un grand changement du point du vue sanitaire dans les différentes localités impactées. Des ‘’COSAH’’ (Comité de Santé et d’hygiène)  ont été mis en place.

« Le projet ReCCLAS nous a vraiment soutenu grâce à la formation et à l’orientation qu’on a bénéficié de sa part. En plus, ce projet nous a permis d’être en lien étroit avec l’administration sanitaire de nos collectivités. Ils nous ont montré l’appropriation de nos centres. De nos jours, nous avons la main mise sur tous nos problèmes sanitaires à savoir le centre et le contenu. Nous avons aussi le contrôle sur le personnel. Nous avons compris aujourd’hui que ces centres sont pour nous. Grâce à la mise sur pied du COSAH, nous avons de nos jours initié 6 postes de santé qui fonctionnent dont deux sont payés par la commune à travers l’appui du projet ReCCLAS, alors qu’avant il n y’avait que 2 », a confié Izac Bréhemou, président du COSAH de Boola, une sous-préfecture de Beyla.

Pour le chef de centre de Foumbadou, Dr. HABA Jean Louis, cette collaboration a permis de changer énormément de chose dans les structures sanitaires. Il a cité par exemple le renforcement des compétences des agents de santé.

‘’ La présence du projet ReCCLAS dans notre zone a permis non seulement de faire renaître la confiance entre les membres du COSAH et le personnel de santé, mais aussi entre la communauté et le personnel du centre. Cette collaboration nous a permis de procéder à une communication sur le thème importance et suivi des femmes en grossesse, mais aussi l’assistance de ces femmes pendant l’accouchement par une personne qualifiée. L’autre aspect, la présence de Terre des Hommes dans notre communauté a permis de renforcer la capacité de nos agents de santé. Parcequ’il y a une assistance technique qu’ils apportent aux centres de santé. Chose qui permet de rehausser la qualité des soins dans nos centres’’, témoigne Dr. HABA Jean Louis, chef de centre de santé de Foumbadou dans Lola, tout en souhaitant la continuation du projet.

Pour sa part, David Bridier directeur pays Terre des Hommes en Guinée s’est félicité des améliorations que ce projet a déjà apportées dans la zone. Selon lui, le bilan est extrêmement positif.

« On a la constitution des COSAH qui sont des espaces représentatifs et démocratiques où on a des gens issus de la population qui, à travers des assises communautaires ont choisi des délégués de santé, qui eux-mêmes ont élu des représentants qui sont des membres du COSAH qui sont au nombre de 7 aujourd’hui. Pour moi c’est une réussite. Ça veut dire que la population dans un espace participatif et démocratique s’est approprié sa santé’’, s’est-il félicité.

Ce mardi 09 avril 2019, une rencontre qui a réuni les membres du comité de pilotage dudit projet a été organisée à l’Hôtel Nimba pour évaluer le niveau actuel de mise en œuvre des activités et les résultats déjà obtenues dans le cadre de l’appui aux collectivités locales. Cette  réunion s’est tenue en présence des représentants des institutions partenaires du projet, des représentants du ministère de la santé et des autorités locales ainsi que plusieurs structures de la place.

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Nzérékoré

Tél: (00224) 628 80 17 43

Créé le Mardi 09 avril 2019 à 19:32