Massacres de peuls au Mali : des citoyens réagissent…

Panel

CONAKRY-Le massacre de plus de 160 Peulhs dans un village au centre de la République de Mali fait réagir les citoyens guinéens. Interrogés, certains ont interpelé les autorités guinéennes afin qu’elles prennent des dispositions pour éviter de telles violences en Guinée. 

Claudicia Mahomy est un citoyen rencontré dans le quartier Sonfonia. Pour lui, le problème réel de l’Etat face à ces genres des situations c’est la négligence.

« Il y a un gros problème au niveau des autorités, c’est la négligence. Les autorités que ce soit en Guinée ou ailleurs sont trop négligentes. Elles attendent qu’il y ait déjà la flamme avant d’intervenir. De ce côté, je ne peux que leur dire d’être à l’écoute de la population. Je leur demande de prendre leur responsabilité parce qu’ils sont là pour rendre la vie facile à la population », a lancé ce juriste de formation avant de lancer un appel aux populations guinéennes.

« Le message que j’ai pour la population guinéenne, ce qu’il faut qu’on sache que nous avons tous des différences et nous vivons avec ces différences. Il faut qu’on s’accepte quel que soit la position de nos voisins c’est-à-dire leurs pratiques, leur croyance c’est en cela qu’on pourra développer notre pays. Particulièrement en forêt où je viens, nous vivons ces genres de cas, l’affrontement des groupes ethniques le plus souvent, ces gens doivent savoir que nous sommes tous des guinéens et personne n’a choisi de vivre en Guinée et c’est le destin qui a fait qu’on s’est retrouvé là. Je lance un appel à tous ceux qui ont ces genres d’idées de les bannir », Interpelle M. Mahomy. 

L’Etat doit prendre tous les citoyens guinéens sur le même pied d’égalité, interpelle pour sa part Abdourahmane Barry.

abdourahmane_barry.jpg« Moi je pense que si les autorités sont transparentes, qu’elles ne cherchent pas à créer une situation favorable à une certaine partie de la population et désavantager une autre partie de cette population, il n’y aura pas des remous. Vous savez le problème c’est où ? Si certains se sentent vexés, abandonnés, ils vont avoir envie de se faire entendre en faisant un acte violent pour que tout le monde en parle parce qu’ils sont fâchés. Donc l’Etat doit être là pour toute la population et non pour une partie de la population », a fait observer cet étudiant. 

Il qualifie le massacre de peulhs au Mali de « barbare », « inhumain ». « Ce qui s’est passé au Mali c’est un acte barbare, un acte monstrueux et un acte inhumain. Je n’aurai jamais cru que des hommes pouvaient faire ça à des hommes mais dommage. L’appel que je lance au peuple de Guinée c’est de rester solidaire, uni, avoir une même vision. Moi je pense que le peuple de Guinée malgré nos divergences politiques, on sait qu’au fond que nous sommes unis. Je pris que ce qui s’est passé au Mali ne se répète plus jamais dans ce pays et en Afrique d’ailleurs », a-t-il lancé.

Avant d’inviter la population guinéenne à l’union, Abdoul Aziz Barry lui, est sûr que les guinéens n’ont pas ces genres d’idées dans leurs têtes.   

abdoul_aziz_barry.jpg« Ce qui s’est passé au Mali c’est un acte barbare. Je ne souhaite pas que cela se passe en Guinée. Je pense que la population guinéenne a pris un exemple sur ce qui s’est passé au Mali. J’espère bien que nous, nous n’avons pas l’intention de le faire ici et je mets en garde toute personne qui a cette idée dans sa tête. Je lance un appel à la population de s’unir, se donner les mains pour le développement de la Guinée », a aussi expliqué cet autre citoyen.

Lansana Diawaraest optimiste quant à l’avenir paisible en Guinée. « Vous savez tous les pays ont leurs réalités. Ce qui s’est passé au Mali, je ne crois pas que cela puisse se passer en Guinée. Parce qu’en Guinée nous sommes tellement unis. Malgré qu’il y ait des problèmes mais personne n’a l’intention de faire ces genres des tueries. Je demande autorités guinéennes d’être prudente et écouter la population », interpelle cet autre citoyen.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 666 134 023

Créé le Mardi 02 avril 2019 à 17:23

TAGS