Matoto : la nouvelle révélation qui "remet en cause" l’élection du maire…

Mairie de Matoto
Kalémodou Yansané
Kalémodou Yansané

CONAKRY-Comment s’est déroulé l’élection de l’exécutif communal de Matoto ce jeudi 7 février ? Alors que la décision de la justice est attendue pour trancher entre Kalémodou Yansané et Mamadouba Tos Camara, une révélation plutôt étonnante  vient de jeter le discrédit sur l’élection de l’exécutif communal.

« Dans la salle avant-hier, il y avait 12 absents à part les absents de l’UFDG. J’ai les noms de ces 12 absents en tête. Il y avait 6 (conseillers élus ndlr) du RPG qui n’étaient pas dans la salle. Une  interdiction formelle leur a été faite d’être dans la salle. Pourquoi ? Parce que certains ont voté pour Yansané et d’autres étaient prêts à se présenter comme Maire. Il y avait les trois de l’UFR. Il y avait un du PEDN qui était au Canada et on prétend qu’il était dans la salle. Un du RPR, Ansoumane Fofana qui était à Kamsar et on dit qu’il était dans la salle. C’est seulement 19 personnes qui étaient dans la salle… », a révélé ce samedi 9 février 2019, Kalémodou Yansané qui a déjà saisi la justice pour invalider le vote qui a porté le candidat du RPG à la tête de la mairie de Matoto.

Le candidat de l’UFDG laisse entrevoir qu’il n’a pas du tout dit son dernier mot dans l’affaire de Matoto. Il a une stratégie qu’il entend appliquer pour être rétabli dans ses « droits ». Outre l’action judicaire, M. Yansané a annoncé qu’il va mener des consultations avec ses parents.

« On va parler de la Basse Côte. On ne va pas accepter que des gens détruisent la Basse Côte. La Basse Côte est une terre bénie, si la Basse Côte est remplie aujourd’hui c’est parce que les Basse-Côtiers ont accepté d’accueillir tout le monde. On ne peut pas accepter que la Basse Côte soit détruite. Nous allons réunir nos parents, on va se concerter entre nous pour la paix, pour la démocratie et pour le développement de la Basse Côte », a-t-il déclaré.

Qualifiant le ministre Bouréma Condé de malhonnête, Kalémodou Yansané avertit que si le Gouvernement ne prend pas des dispositions pour rétablir l’ordre, il sera responsable de tout ce qui va arriver en Guinée.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 09 Février 2019 à 20:49

TAGS