Labé : De graves accusations contre des gendarmes…

Echo de nos régions
Des agents de la gendarmerie
Des agents de la gendarmerie

LABE- Des gendarmes sont accusés d’attaque armée par un citoyen. Un jeune habitant le quartier Doghol dans la haute banlieue-Est de Labé a porté de graves accusations contre des agents d’un escadron mobile de gendarmerie de Labé. Les faits se seraient déroulés aux environs de 21h40 ce jeudi 7 janvier 2019.

Abdourahmane Diallo accuse les gendarmes d’avoir tiré sur son véhicule avant de lui retirer une forte somme d’argent et un téléphone. Des impacts sont visibles sur le pare-brise de son véhicule. Mais ses accusations sont balayes d’un revers de la main par l’unité incriminée. Interrogé le commandant de l’escadron indique qu’ils ont  surpris M. Diallo en train de consommer publiquement la drogue avec ses amis.

 « L’impact que vous voyez ici, c’est l’escadron mobile numéro 8 de Labé qui a causé. Hier jeudi 8 février aux environs de 21h40, j’étais devant ma porte quand ils sont venus me bousculer ensuite ils ont tiré un coup sur mon véhicule. Ils m’ont dit de descendre et des les suivre, j’ai demandé pourquoi le ferais-je. Entretemps ma mère est sortie, j’ai décidé de confier une partie de l’argent que j’avais à ma mère avant de les suivre,  c’était près de 4 millions. Quand j’ai sorti 3.300.000 pour donner à ma mère, les agents ont pris cet argent et partir nous laisser sur place. Ils m’ont laissé avec les 400,000 gnf que je voulais garder sur moi. Il n’y a absolument rien entre la gendarmerie et moi, on ne se connait même pas. Je suis allé à la commune informer le vice-maire, qui m’a dit que cette affaire relève du préfet. J’exige que je sois remboursé mon pare-brise, mon téléphone et l’argent. C’est la deuxième fois que je suis attaqué par ces gendarmes, le mercredi ça fait juste un mois encore depuis qu’ils ont cassé mon pare-brise arrière, c’est sur la route de Doghol aussi qu’ils m’avaient bloqué » a expliqué Abdourahamane Diallo.

Une version démentie par l’unité de gendarmerie incriminée. Le colonel Nango Richard Fangamou a déclaré que leur accusateur a été pris en flagrant de délit de consommation de drogue avec d’autres jeunes qui sont déjà interpellés.

« Je m’inscris en faux par rapport à cette déclaration. La preuve est là, c’est  la drogue saisie sur eux. Ils (Abdourahmane et ses amis NDLR) sont là ils ont parlé devant vous ici. S’il y a eu un coup de feu lors de l’opération le quartier peut témoigner, nous n’opérons pas avec des armes à feu surtout la nuit même les lacrymogènes on n’utilise pas. Ce qui s’est passé on les a pris dans un lieu  de vente et de consommation de drogue. A l’arrivée des gendarmes, ce monsieur qui nous accuse a pris sa voiture pour quitter les lieux sans obtempérer pour aller chez lui, les gendarmes ont embarqué les 5 autres interpellés et ont poursuivis celui qui a fui. À sa porte  il descend de sa voiture pour crier, sa famille est sortie contre les agents. Vue la tension les gendarmes ont replié après avoir identifié son domicile. Ce matin les agents ont formulé une convocation  contre lui qui est déposée au niveau de son chef de secteur. La même personne est allée même dire au syndicat des transporteurs que les gendarmes ont tiré sur lui. Rassurez-vous que cela est impossible chez nous, on en travaillera jamais avec les armes à feu » s’est défendu le colonel Fangamou qui compte déférer le dossier au tribunal de première instance de Labé.

Récemment à Mali Yembering située à 120km de Labé, un gendarme a été accusé d’avoir battu mortellement un père de famille de 43 ans qu’il aurait surpris en train de consommer de la drogue avec d’autres jeunes.

Alpha Ousmane Bah(AOB)

Pour Africaguinee.com

Tel : (0024) 664 93 45 45

Créé le Vendredi 08 Février 2019 à 15:59