Pose des premières pierres : Peut-on croire aux promesses du président Alpha Condé ?

Libre Opinion
ALPha Condé, Président de la République de Guinée
ALPha Condé, Président de la République de Guinée

Notre président de la République vient de boucler une série de tournées à l’intérieur du pays pour se faire des bains de foule, poser avec tambour et fanfares des premières pierres de bitumage de voiries urbaines, de tronçons de routes et d’ouvrages de franchissement. Il a aussi fait des promesses un peu partout et prêché l’unité des guinéens.

Comment croire à tout cela quand on sait que :

⦿Les promesses faites depuis les campagnes électorales de 2010, 2013 et 2015 et à d’autres occasions dorment encore dans les tiroirs, et qu’aucun Gouvernement depuis plus de 8 ans n’a daigné les réveiller ;

⦿Les rues de Conakry qui passent devant les différents départements Ministériels  (Ministère de Travaux Publics, Ministère des Affaires Etrangères, Ministère des Affaires Religieuses, Ministère de l’Energie, Ministère du Commerce, Ministère de la Justice, Ministère des Mines, Ministère de la Santé, Ministère de la Coopération, Ministère de l’Elevage, Ministère de l’Agriculture, Ministère des Transport etc.) sont dans une dégradation poussée au point qu’il faut se retrousser les pantalons pour y marcher au risque de se salir les habits par la boue et les eaux d’égouts. Un adage de chez nous dit : « Quand quelqu’un te promet un boubou observes d’abord bien celui qu’il porte avant de croire à la promesse ».

50494692_2245250132389886_9187284742381240320_n.png⦿La première ville de l’intérieur du pays à bénéficier d’une pose de première pierre de bitumage de voieries urbaines sous la gouvernance Alpha Condé est celle de Mali pour 17 km  en Septembre 2012. Non seulement aucun millimètre de bitume n’y a été posé jusqu’ici mais le sac de ciment emprunté pour poser la brique n’aurait encore pas été remboursé. Le Ministère des travaux Publics y a envoyé ensuite en 2013 une société chinoise qui a fait d’autres études avec promesse de bitumer toujours les 17 Km. Cette société avait sorti un devis de 80 milliards et poussière qui dort toujours au Ministère des TP. Le président Alpha Condé est venu lui –même en campagne à Mali lors des présidentielles de 2015 pour relancer avec vigueur les mêmes promesses auxquelles il a ajouté d’autres. De tout cela rien n’a encore été fait et Si cette promesse de 17 km n’a pas été tenue depuis 6 ans 4 mois comment nous allons croire à la réalisation de quelques 860 km pour lesquels les premières pierres viennent d’être posées à travers le pays.

 On dit souvent que l’Etat c’est la continuité. A son arrivée au pouvoir Monsieur Alpha Condé a trouvé beaucoup de choses programmées par ses prédécesseurs dont entre autres le bitumage des voieries urbaines de cinq villes de la moyenne Guinée (Labé 40 km, Mali 17 km, Pita 15 km, Dalaba 13 km, Mamou 15 km) en dehors de Mamou où il y a eu les festivités tournantes de l’indépendance, les projets des quatre autres villes ont été mis dans les tiroirs pour ne les réveiller que 10 ans après avec des réductions drastiques du nombre de km. Ces projets de bitumage de voieries risquent d’ailleurs fort, de mettre les responsables de ces villes en mal avec leurs populations lors du choix des rues à faire tellement que ce qui est proposé est minime par rapport aux besoins. La ville de Labé par exemple avait été programmée en 2007 et 2009 pour 40 km Il y a de cela bientôt 10 ans. Au cours de ces 10 ans là la ville a énormément grandi et a besoin aujourd’hui, de bitumer selon le maire, 65 à 70 km pour répondre aux besoins des quartiers de la commune alors que le professeur n’a posé la première pierre que pour 15 km.   

⦿Une autre question et non la moindre qu’il faut se poser c’est de savoir si le budget national qui vient d’être adopté par notre fameuse assemblée nationale a tenu compte du financement de ses promesse ? En tout cas beaucoup de députés répondent non.

⦿Il y a aussi le cas des entreprises choisies pour exécuter ces travaux, sont- elles capables de faire le travail dans les délais prévus ?  A-t-on tenu compte de leur plan de charge et de la réalisation de leurs marchés antérieurs pour leur attribuer ces nouveaux marchés ? Souhaitons que ce ne soit pas sur la base de la parenté, du petit copain ou de la capacité de retourner des dessous de table à certains cadres tapis au Ministère des Travaux Publics que ces entreprises ont été choisies.

En tout cas le cas de l’entreprise GUICOPRESS à qui il a été attribué les marchés de bitumage des voieries urbaines de Labé, Pita et Dalaba reste très préoccupant quand on sait que : 

1-        Elle traine sur le tronçon Sonfonia –Kabelen long de 9 km depuis 2014 pour un contrat qui aurait été signé pour quelques deux ans. Cela fait plus de quatre ans cette entreprise torture les usagers et les riverains de ce tronçon avec des embouteillages interminables, des nuages de poussières pendant les saisons sèches et de la boue pendant les saisons pluvieuses. Malgré le temps que cela a pris et continue à prendre le plus profane peut constater que ce qui est fait est loin d’être appréciable.  

2-        Cette même entreprise GUICOPRESS détient les marchés des transversales N° 7  Tombolia –Sonfonia (4,5 km), N° 8 Dabompa –Samataran (5,4 km), la  T 9  (5,12 km) et la T 10 (3, 9 km) qui sont devenus des chantiers interminables sources permanentes  d’intoxication par la poussière pour les populations de Conakry en général et de celles riveraines en particulier. GUICOPRESS a aussi le marché du bitumage des voiries de Télimélé pour 10 km. Les travaux qui ont démarré en Février 2017 étaient prévus pour une durée de 8 mois. Aujourd’hui un an 10 mois après il n’y a que 5 km qui ont été faits. Cette même entreprise a aussi obtenu le marché pour un tronçon sur une route en Guinée Forestière.  

Nous pensons aussi que si le professeur s’était abstenu de se déplacer lui-même avec tous ceux qui l’ont accompagné pour de simples poses de premières pierres, l’Etat aurait économisé beaucoup de sous qui se seraient ajoutés aux fonds à investir en cette période de vache maigre pour le budget du pays, mais quand envi de bain de foule pour des calendriers cachés tu nous tiens, nous ne pouvons que nous exécuter.

 

                        El Hadj Ibrahima Diallo agent de Développement

Créé le Dimanche 20 janvier 2019 à 14:23