.

Urgent/l’accord capote : les syndicats appellent à une grève illimitée dès ce jeudi…

Facebook icon Twitter icon
Grève des enseignants
Des leaders du SLECG réunis au palais du peuple
Des leaders du SLECG réunis au palais du peuple

CONAKRY-Le fameux  « semblant » Accord obtenu entre le Gouvernement et les syndicats des enseignants a capoté. Le protocole n’a pas été signé. Le Secrétaire général de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG), a appelé à une grève générale et illimitée dès ce jeudi sur toute l’étendue du territoire national.

Abdoulaye Sow a dénoncé « la mauvaise foi » du Gouvernement qui selon lui ne veut pas qu’il y ait un accord.

"Nous avons honte pour notre pays. Nous avions pensé que l’avenir de nos enfants préoccupe chaque guinéen à plus forte raison le Gouvernement de la république. Il y a de cela quatre jours, nous commençons le matin, nous finissons à minuit. Nous avons lâché du lest, nous revu nos prétentions à la baisse parce qu’il s’agit d’une négociation. Nous avons accepté de sortir du cadre des huit millions pour que nous puissions trouver une solution pour ne pas que l’avenir de nos enfants soit perturbé (…). Comme, ils veulent pas ils se sont opposés au dénouement de cette crise. Nous sommes fatigués, nous avons honte pour notre pays. Nous demandons ici plus haut qu'ailleurs à tous les travailleurs de se lever pour qu'on puisse résoudre ce problème (...) Nous invitons toutes les structures de se lever pour une grève générale et illimitée jusqu'à l'aboutissement ", a dénoncé le syndicaliste Aboudoulaye Sow, secrétaire Général de l’USTG est l’une des plus puissantes centrales syndicales du pays.

De report en report depuis 72 heures, la signature du fameux protocole d’accord qui pouvait mettre fin à la grève des enseignants s’est soldé par un échec.

Aboubacar Soumah le leader des enseignants grévistes a appelé les enseignants à une marche dès demain jeudi. "Ils refusent catégoriquement la signature de ce protocole. Il est temps de nous léver pour éviter l'année blanche pour l'avenir de nos enfants. Que tout le monde se mobilise (...) Nous invitons toutes les structures du SLECG de Conakry à Yomou à une marche demain. Nous demandons la population de nous accompagner si elle est soucieuse de l'avenir du pays et de l'avenir de leurs enfants. Que tous les travailleurs se lèvent pour défendre les enseignants. Levons-nous pour défendre nos intérêts", a lancé le leader du SLECG.  

A suivre…

Une dépêche de Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Jeudi 10 janvier 2019 à 0:00

TAGS