.

Guinée : Lancement officiel des activités de la Bourse de sous-traitance et de partenariats

Facebook icon Twitter icon
Economie

CONAKRY-Le Gouvernement guinéen à travers le ministère des mines et de la géologie, et celui des investissements et des partenariats public-privé, avec l’appui de la Société Financière Internationale, a lancé officiellement les activités de la Bourse de Sous-traitance et de partenariats. Objectif, servir de centre d’information, d’appui technique et de mise en relation entre les entreprises locales en quête de marché et les entreprises étrangères évoluant dans le secteur des mines, industries de transformation, infrastructures, BTP, banques, assurances, en vue d’accroitre l’utilisation des capacités productives des entreprises locales. Pour un premier temps la Bourse de Sous-traitance et de Partenariats aura pour secteur pilote les mines.

La Bourse de Sous-traitance et de Partenariats a plusieurs vocations. Il s’agit entre autres de faciliter le renforcement des capacités et l’accès au financement des petites et moyennes entreprises.

« L’objectif de la Bourse c’est de répondre à la priorité du Président de la République de promouvoir l’implication effective du secteur privé local dans le développement économique, notamment pour ce qui concerne les investissements directs étrangers. Cet instrument servira à mettre en relation les sociétés locales avec les sociétés multinationales, en particulier dans le secteur minier qui est le focus dans un premier temps. Mais la Bourse est destinée à l’ensemble de l’économie nationale pour que la création et le partage de richesse profitent aux guinéens. La Bourse de Sous-traitance aura pour vocation de faciliter le renforcement des capacités, l’accès au financement et la création des partenariats pour les petites et moyennes entreprises locales », a expliqué le Ministre des Mines Abdoulaye Magassouba.

Plusieurs mécanismes ont été mis en place pour faciliter aux sociétés de rentrer en contact avec la Bourse. Le ministre des investissements et des partenariats publics et privés est revenu sur quelques-uns.

« Elles doivent s’inscrire sur une plateforme qui existe et qui est en ligne. C’est ce qui va permettre à ces sociétés de se faire connaitre parce que la Bourse va permettre de donner l’opportunité à nos entreprises nationales de se faire connaitre et de pouvoir postuler aux opportunités qu’offrent les projets de grandes envergures, dans un premier temps avec les mines et ça va être attendu à d’autres secteurs. Le suivi sera fait grâce aux mécanismes de la plateforme. Et il va y avoir un observatoire du contenu local », a expliqué Gabriel Kurtis.

La Société Financière Internationale (SFI) accompagne financièrement la Guinée dans plusieurs secteurs. Son représentant à Conakry affirme que c’est dans ce même cadre que son institution compte soutenir la Guinée dans la mise en place de cette Bourse de Sous-traitance.

« La Société Financière Internationale qui fait partie du groupe de la Banque Mondiale va apporter un investissement de près de 400 millions USD d’ici la fin de cette année. Nous finançons des sociétés minières, des projets intégrés qui font aujourd’hui que la croissance économique est forte. Aujourd’hui nous sommes là pour continuer ce chantier en s’assurant que cette croissance économique est inclusive. Nous avons accompagné la mise en place de cet outil qui est la Bourse de Sous-traitance et aujourd’hui c’est ce qu’on puisse faire plus et mieux pour soutenir les PME afin qu’elles puissent participer à l’essor du secteur minier », a expliqué Olivier Bouyoya.

Le premier ministre guinéen qui a lancé officiellement les activités de la Bourse de Sous-traitance et Partenariat a expliqué à son tour que cet outil a plusieurs avantages pour le secteur économique guinéen.

 « La Bourse permet de résoudre trois problèmes. L’information, pour que comme tout marché, l’offre et la demande puissent se rencontrer dans l’efficacité. Pour que les offreurs et les demandeurs soient de plus compétitifs. Cette Bourse permet aussi d’outiller le secteur privé guinéen par la formation et l’accès à l’encadrement technique. Elle permet par ailleurs d’aider à mieux connaitre notre potentiel du secteur privé national, à mieux le connaitre et à mieux le faire connaitre par les utilisateurs », a conclu Ibrahima Kassory Fofana.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com 

Créé le Jeudi 06 décembre 2018 à 11:46