.

Propos d’El hadj Sékhouna : la coordination Hali Poular hausse le ton !

Facebook icon Twitter icon
Politique

CONAKRY-Les nouvelles menaces du Kountigui (Chef coutumier) de la Basse Guinée) Elhadj Sékhouna Soumah sur la vente des terres suscitent des réactions en Guinée. 

La Coordination Hali Poular dirigée par le doyen Elhadj Saikou Yaya Barry se dit « outrée » par cette sortie du Chef coutumier de la Basse Côte qualifiée de « dérapage ». Elle interpelle le Gouvernement sur la nécessité de prendre des mesures appropriées face à ces dérives régionalistes et ethnocentriques.

« Pour la coordination Hali  Poular nous sommes vraiment outrées  d’entendre un soi-disant Kountigui qui se prononce de cette façon et que cela reste sans conséquences », s’insurge le vice-président de la coordination Hali Poular, El hadj Saidou Diallo qui a été interrogé par Africaguinee.com.

A l’occasion des premières journées de concertation qu’il a organisées à Toumania (Dubreka) sur l’avenir de la Basse Côte, Elhadj Sékhouna Soumah a demandé l’interdiction de la vente des hectares de terres aux étrangers. Le chef coutumier est allé jusqu’à lancer un « défi » au premier ministre présent à cette rencontre sur notamment le cas des chinois. 

Mais ce qui est plus grave, soutient le porte-parole de la coordination Hali Poular, c’est le fait que le médiateur de la République mais également le premier ministre tous convoqués par le Kountigui  acceptent  cette situation  sous l’œil veillant du Président de la République.

« Je pense que le Gouvernement qui doit prendre les mesures appropriées.  Comme il (Elhadj Sékhouna Soumah, ndlr) l’a fait de façon publique, la question ne se pose même pas. Quand on est dans un Etat de droit qui fonctionne où chacun a ses droits et ses devoirs, il sanctionne toute personne qui fait des dérapages. Malheureusement, nous n’avons plus d’Etat », déplore-t-il. 

Elhadj Saidou Diallo prévient que tous ces dérapages encouragés selon lui par le pouvoir en place ne peuvent rester normalement impunis. « Aujourd’hui, nous sommes dans un autre type d’Etat (…). Le pouvoir appartient au peuple et pour nous autres coordinations nous devons être les garants et les sapeurs-pompiers au lieu d’être les pyromanes comme ça se fait actuellement avec El hadj Sékhouna », avertit le porte-parole de la coordination Hali Poular. 

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Lundi 03 décembre 2018 à 14:28