Tueries à Conakry : Djènè Kaba Condé, la solution ?

Crise politique
Djènè Kaba Condé, Première Dame de Guinée
Djènè Kaba Condé, Première Dame de Guinée

CONAKRY- Madame Djènè Kaba Condé serait-elle la solution face aux nombreuses tueries à Conakry ? La Première Dame de Guinée a été interpellée ce lundi 12 novembre 2018 par les femmes de l’opposition qui projettent d’organiser ce mardi 13 novembre une manifestation pour dénoncer les nombreux cas d’assassinats.

« Nous avons écrit à la Première Dame parce que  nous pensons qu’elle est une pièce maitresse dans cette histoire. Elle est la mère de toute la famille Guinée, c’est elle qui a constitué volontairement une ONG de la mère et de l’enfant, elle est allée la défendre jusqu’au Nations-Unies pour indiquer qu’elle est en train de faire tout pour la promotion de la mère et de la protection de l’enfant en Guinée. Malheureusement depuis que ces tueries ont commencé, nous ne l’avons jamais entendu alors qu’elle est aujourd’hui la première dame de la République. S’il y a des femmes qui manifestent des cris de cœurs par rapport à des tueries, à mon humble avis elle a un rôle à jouer en tant que mère d’abord, ensuite en tant que première dame. Nous lui avons donc envoyé un courrier pour qu’elle accepte de nous recevoir pour lui faire comprendre ce qui se passe et demander son appui pour que ça cesse. Parce que nous estimons que peut-être elle n’est pas informée. Nous faisons appel à son esprit de maman », nous a confié ce lundi 12 novembre 2018 la porte-parole des femmes de l’opposition, Hadja Mamouna Bah.

Les femmes de l’opposition n’entendent pas se limiter là. Elles ont également saisi certaines autorités religieuses. Une rencontre est prévue dans les prochains jours entre les femmes et certains imams. Le Haut commandement de la gendarmerie, les ministres de la sécurité, des affaires sociales seront aussi saisis. 

« Il faut qu’on regarde la réalité en face, que chacun prenne ses responsabilités pour que ça s’arrête. Ce que nous faisons n’a rien de politique, mais nous ne pouvons pas nous assoir observer ces tueries sans réagir », prévient la vice-présidente des femmes de l’UFDG. 

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Lundi 12 novembre 2018 à 17:48