.

Hadja Maimouna Bah de l’UFDG : « Ce sont les forces de l’ordre qui sont entrain de tuer… »

Facebook icon Twitter icon
Politique
Hadja Maimouna Bah, vice-présidente des femmes de l'UFDG
Hadja Maimouna Bah, vice-présidente des femmes de l'UFDG

CONAKRY- Les femmes de l’opposition n’entendent pas lâcher du lest malgré l’interdiction de leur manifestation par le Gouvernement. Dame Maimouna Bah et son groupe qui protestent contre les tueries à Conakry, ont déroulé ce mardi 6 novembre 2018 un nouveau calendrier de manifestation.

Elles  projettent des séries de manifestations à partir du vendredi 09 novembre 2018 pour dénoncer l’impunité sur les tueries orchestrées selon elles, par les forces de sécurité, a appris Africaguinee.com. 

Selon le programme décliné par les femmes de l'opposition, les manifestations vont  commencer ce vendredi 9 novembre par une cérémonie de recueillement sur les victimes  à Bambeto. 

Ce recueillement sera suivi par une marche le mardi 13 novembre de Bambeto jusqu'à  Dixinn. Ce n’est pas tout. Ces femmes entendent envoyer des courriers aux ministres de la sécurité, de l'Action Sociale et de la Promotion Féminine et de l'Enfance ainsi qu’au Haut commandement de la gendarmerie.

 « Il faut qu'on rencontre le ministre de la sécurité. Nous allons lui donner les preuves que ce sont les forces de l'ordre du Gouvernement qui sont en train de tuer. C'est une réalité nous avons toutes les photos. Il faut qu’il accepte de nous recevoir pour qu'ensemble nous parlions de cela et qu'il puisse trouver la solution. Nous n'allons pas s'arrêter à mi-chemin pour que les responsables de  ce pays acceptent d'ouvrir des enquêtes pour punir les coupables de ces actes. Qu'on tue des enfants comme des oiseaux, ce n’est pas acceptable », a martelé Mme Maimouna Bah.

A suivre…

 

Bah Aissatou 

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

Créé le Mardi 06 novembre 2018 à 18:09