.

Cellou Dalein : "il faut qu’on se mobilise contre ce Gouvernement criminel…"

Facebook icon Twitter icon
Tueries à Conakry
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG

CONAKRY-Mamadou Cellou Diallo et Mamadou Samba Diallo tués par balle lors des dernières manifestations de rue organisées par l’opposition républicaine ont regagné leur dernière demeure ce vendredi 2 novembre 2018. Ils ont été inhumés au cimetière de Bambéto, a-t-on constaté.

Présent sur les lieux, Cellou Dalein Diallo a exprimé son indignation et sa tristesse face à ces tueries dans l’indifférence totale des autorités judiciaires. Mais le Président de l’UFDG prévient qu’il ne  baissera pas les bras.

Depuis 2011 près de 100 guinéens sont tués par balle lors des manifestations de l’opposition sans qu’on ne puisse élucider ces crimes. Les nombreuses enquêtes judiciaires jusque-là ouvertes n’ont jamais été closes.

 « Je ne peux qu’exprimer ma  tristesse, mon indignation face à la prolifération de ces assassinats ciblés sur des citoyens guinéens, c’est vraiment révoltant. Mais ce qui est plus révoltant encore comme je l’ai toujours dit, ce qu’on est convaincu que ces deux jeunes qu’on a enterré tout à l’heure n’ont pas droit à la justice. C’est vraiment triste pour notre pays. Le gouvernement dont c’est la responsabilité de mener des enquêtes en cas des bavures encore qu’ici ce n’est pas de bavure nous sommes bientôt à 100 jeunes abattus froidement dans la rue, dont la plus part était en train de manifester certes, mais certains d’entre eux n’étaient même pas dans les manifestations comme Cellou qui venait d’arriver de Labé et qui venait de débarquer ses passagers. C’est là qu’un agent en uniforme a pris son arme l’a braqué et lui a tiré sur la tête et il est mort sur place », a expliqué Cellou Dalein Diallo, visiblement très peiné.

L’opposant accuse le pouvoir d’Alpha Condé d’avoir adopté une technique qui consiste à tuer pour intimider les guinéens. « 100 jeunes, 100 guinéens depuis que Alpha Condé est au pouvoir, jamais une enquête, jamais une compassion du Gouvernement, jamais une sanction même administrative à l’endroit des responsables de la police et de gendarmerie. Pourquoi cette indifférence des autorités de ce pays ? C’est parce qu’ils ont voulu hélas par le meurtre arrêter les manifestations. Pour eux c’était une technique d’intimidation en tuant. C’est vraiment triste pour mon pays, il faut qu’on se mobilise contre ce Gouvernement corrompu et criminel », a-t-il accusé.

L’opposant ne compte pas baisser les bras. Il a assuré devant ses partisans  qu’il ne reculera pas. « Aujourd’hui le monde entier interpelle le Gouvernement guinéen, mais il ne réagira pas parce qu’il a le plaisir de tuer et à faire tuer ces jeunes qui sont présumés être de l’opposition. Mais le combat nous le menons, c’est un combat républicain pour la protection des droits humains, pour l’instauration d’une démocratie vraie, d’une réconciliation réelle et un Etat de droit qui veillera à la sécurité de tous les fils du pays, au respect de leur droit et de leur dignité. Ce combat-là nous allons le continuer encore avec beaucoup de fermeté et de rigueur », a-t-il conclu.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Vendredi 02 novembre 2018 à 19:41