.

Mamadi Kébé, jeune migrant : « j’ai été torturé puis menacé de mort par des militaires marocains… »

Facebook icon Twitter icon
Immigration clandestine
Image d'illustration
Image d'illustration

KANKAN-Plusieurs jeunes guinéens candidats malheureux à l’immigration clandestine vers l’Europe ont été rapatriés ce week-end. Au nombre de 397, ils sont arrivés ce samedi 06 octobre 2018 à Kankan, en provenance du Niger. Africaguinee.com a rencontré certains d’entre eux. Ils racontent leur mésaventure. 

Mamadi Kébé est l’un d’entre eux. Ce jeune guinéen, nous dit avoir  été contraint de sauter à partir des grillages d’une hauteur de 4 mètres. Il a eu un choc qui le traumatise jusqu'à présent.  « J’ai été victime d’une série de tortures  suivies de menace de mort par des militaires marocains. J’ai été contraint de sauter par des grillages de 4 mètres. Jusqu’a la où je suis je sens les douleurs. On nous a obligé de grimper des grillages de 4 mètres de hauteur pour descendre sur le territoire Algérien. J’ai eu un choc au dos et aux pieds également », témoigne ce candidat malheureux de l’immigration clandestine. 

Poursuivant, ce jeune migrant déconseille aux jeunes qui sont encore tentés par l’immigration clandestine de prendre le risque de cette aventure. «  Aller en aventure n’est pas mauvais, mais il faut choisir la voix l’égale », marmonne-t-il. 

Suite à une manifestation violemment réprimée il y a deux semaines au Niger, les autorités guinéennes ont dépêché une équipe aux Niger pour faciliter leur  retour au bercail, explique-t-il. 

« Moi personnellement, j’ai fait deux mois au Niger parce que, je n’avais pas des papiers me permettant de voyager. Faute de consulat de notre pays au Niger, il a fallu que l’OIM Niger envoie nos adresses à l’ambassade de la Guinée au Mali. Il n’y avait pas de représentants guinéens pour signer nos documents. Ça nous a tellement retardé. Et finalement les jeunes étaient en colère, nous avons manifesté le lundi. Ils nous ont jetés des gages lacrymogènes, il y a eu des blessés légers et plus de 9 personnes se sont retrouvés en prison, ils ont fait plus d’une semaine en prison. C’est suite à ça que les autorités ont envoyé une mission  pour faciliter notre retour », narre Mamadi Kébé

Mohame Youla, a lui aussi fait deux ans au Royaume Chérifien. Après trois tentatives sans succès pour atteindre l’Europe, il s’est résous d’abandonner. Durant son séjour au Maroc, ce jeune guinéen a affronté la dure réalité liée à la cherté de la vie  au Maroc. 

 « Ce qui m’a fait mal dans ce pays, il y a beaucoup de ségrégation raciale. Nous qui avons la peau noire, on est trop ségrégué, on n’est pas considéré, nos droits ne sont pas respectés. C’est difficile à vivre »,  regrette le jeune homme.

Nioumila Maoumi  de son côté raconte que 40 jeunes dont lui ont été torturés par des algériens qui lui ont retiré son téléphone et une somme de 1000 euros. « Les Algériens nous ont frappés en nous disant de retourner au Maroc sinon il vont nous tuer. Pendant quatre jours on nous torturait, nous étions plus de 40 personnes. Ils m’ont retiré mes deux téléphones plus mille euro.

Depuis le début des opérations de rapatriement, plus 99 80 migrants plus les 397 réceptionnés ce samedi la Guinée  ont regagné la Guinée.

 

Depuis Kankan, Amadou Oury Souaré 

Pour Africaguinee.com

Tél.  : (+224) 628 42 16 32

Créé le Mardi 09 octobre 2018 à 22:52