.

Conakry: Un étudiant tue sa fiancée à cause d’un téléphone…

Facebook icon Twitter icon
Insécurité
Image d'illustration
Image d'illustration

CONAKRY-Une scène effroyable s’est produite récemment dans la capitale guinéenne. Une jeune fille âgée de 20 ans a été  bastonnée à mort  par son fiancée à Lansanayah, en haute banlieue de Conakry. Les proches de la victime, Aminata Diaby réclament justice, a appris africaguinee.com. 

Selon nos informations, une élève résidente à Maferinyah avec ses parents du nom de Aminata Diaby a succombé des coups et blessures qu’elle a subies le 26 septembre après une dispute avec un son financé. Mory Kourouma l’a bastonné à cause de son téléphone.

Les résultats du rapport médico-légal de l’Hôpital Ignace Deen sont sans appel. Il parle d’une mort violente par traumatisme cranio-encéphalique. L’examen médico-légal met en évidence de « multiples lésions traumatiques corporelles »  provoquées par un instrument contondant. 

« Nous  voulons que justice soit faite  et que le jeune soit condamné, c’est un criminel. Nous lui avons donné notre sœur sans rien demander.  Mais il a frappe ma sœur  jusqu’à ce que la mort s’en est suivi », a déploré Mamadou Lamine Diaby qui raconte que sa sœur était en séjour de quelques jours à Conakry pour prendre soin de sa belle-mère qui était malade. 

Selon ce frère d’Aminata Diaby, Mory Kourouma, étudiant voulait cacher le corps pour l’envoyer à  ses beaux-parents à Maferinyah. Il a fallu l’intervention des voisins et de la police. 

« On m’a appelé pour me dire  que ma sœur a fait  un accident. La maman du jeune m’a dit que son fils l’a frappée avec un chargeur.  Je lui ai dit on vous a donné notre sœur et vous nous faites ça.  Je ne pouvais pas croire. Le Concessionnaire m’a dit qu’il a frappé ma sœur avec un rallonge », a dénoncé  Monsieur Diaby..    

L’un des témoins des faits que nous avons interrogé a relaté que lui-même en personne est venu retirer le fil avec lequel Mory frappait sa fiancée. 

« Vers la soirée j’ai vu des gens regroupées devant notre concession. Il frappait la fille je suis venu en courant retirer le fil avec lui. Je suis rentré à la maison, après j’ai entendu la fille crier.  Après quand je suis venu on me dit que la fille est tombée. Quand sa maman est revenue de  la prière,  la sœur du jeune a dit à sa mère que son frère a frappé Ami  et elle ne parle pas. Ils l’ont envoyé à l’hôpital. Je suis venu trouver la fille couchée à l’hôpital. La maman du garçon et le garçon pleuraient.  Le docteur m’a dit qu’elle est décédée », a témoigné Cheick Ahmed Tidiane Camara.

Depuis le 27 septembre, le jeune présumé coupable croupit à la Maison Centrale de Conakry. Aujourd’hui, cette affaire criminelle  se trouve au niveau du Tribunal de Mafanco. 

 

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 14

Créé le Mardi 09 octobre 2018 à 10:52